Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



Le Lycée Jean Decha-Touilles

Bonsoir!
Je m'essaie au métier d'écrivain ahaha, alors je me suis dis que j'allais poster une fiction, en plus ou moins de chapitres selon son succès bien sûr, n'hésitez surtout pas à me donner votre avis, et aussi des conseils sur comment je pourrais améliorer mon style d'écriture, ou même mon histoire!

Bonne lecture! :)


CHAPITRE 1 : Le matin avant la Rentrée...

Il était le Mardi 02 Septembre à 07h30, et Antoine venait de terminer de se préparer. Dans une demi-heure, il commencerait son année de Terminale, avec sa nouvelle classe, ses nouveaux professeurs. Il n’était pas particulièrement motivé à l’idée de retourner au lycée, surtout avec les vacances de folie qu’il venait de passer, malheureusement dans le mauvais sens du terme.. Mais il le savait bien, il n’avait pas le choix. Il enfila ses baskets, des Nike toutes neuves, et descendit dans le salon où sa mère l’attendait pour l’amener jusqu’au lycée.
« Tu en as mis du temps ! gronda sa mère, en guise de bonjour. Je te rappelle qu’aujourd’hui c’est la rentrée alors il ne faut pas traîner. Et comment tu t’es encore habillé ? Ce n’est pas comme ça que tu vas ramener une fille à la maison, mon fils !
- Maman ! répliqua Antoine, un peu vexé, je m’habille comme je veux, je suis presque majeur je te signale.
- En effet, répondit sa mère, mais tant que tu vivras sous mon toit tu m’obéiras, un point c’est tout. »
Ils se mirent alors en route. Pendant le court trajet qui séparait le Lycée à la maison d’Antoine, ce dernier ne cessait de repenser à la remarque de sa mère sur sa façon de s’habiller. Elle a toujours été très dure avec lui, mais la situation s’était empirée depuis la fin de l’année scolaire précédente, au mois de Juin, après les épreuves anticipées du Bac de Français.
En effet, ce jour là, elle était venue le chercher au Lycée, ce qu’elle ne faisait jamais d’habitude, car elle était trop impatiente de savoir comment son fils unique adoré avait réussi son examen. Malheureusement, Antoine n’était pas au courant de sa venue surprise, et quelle ne fut pas sa surprise quand il l’aperçut, alors qu’il était en train d’embrasser son petit ami.. Antoine était persuadé qu’il se rappellerait de ce jour toute sa vie, tant il l’a marqué. Il avait toujours caché son homosexualité à sa famille, il se doutait bien qu’elle ne l’accepterait pas car tous les membres de sa famille étaient des conservateurs, voire même des réactionnaires, et la réaction qu’avait eue sa mère en le voyant ce jour avait confirmé ses craintes..
Depuis, elle lui avait interdit de recontacter son petit ami, et il n’a pas eu d’autre choix que de rompre avec lui au début du mois de Juillet. Cela lui a brisé le cœur, autant à lui qu’à son copain, qui s’appelait Thibaut, mais il ne pouvait pas faire autrement. C’était la raison la plus importante pour laquelle il ne voulait pas reprendre les cours, car cela signifiait qu’il allait forcément recroiser Thibaut. Fort heureusement, ils n’étaient pas dans la même classe, Antoine était en Terminale Scientifique, Thibaut lui en Terminale Littéraire, mais c’était quand même suffisamment horrible comme cela.
En réalité, pendant les nombreux jours d’Août qui le séparait de la rentrée, il s’était imaginé plusieurs fois comment se passerait les choses quand il recroiserait Thibaut, mais il était arrivé à la conclusion qu’il devait obéir à sa famille et ne plus le revoir, ne serait-ce que par respect pour lui ; mais cette idée ne l’enchantait pas du tout, ayant toujours de forts sentiments pour lui.
Ils venaient d’arriver devant la grille d’entrée du Lycée, qui était déjà ouverte.
« Lycée Jean Decha-Touilles, lisait sa mère sur le grand panneau à l’entrée. J’ai toujours pensé qu’ils auraient dû choisir quelqu’un de plus célèbre comme nom de ce Lycée, celui-là est un peu pitoyable.
- Mais non maman il est très bien ! répondit Antoine, d’une voix lasse. J’y vais, bisous, à ce soir !
- Passe une bonne journée ! Et fais attention, avec un nom pareil on ne sait jamais ce qui peut nous arriver, s’exclama-t-elle avant d’exploser de rire derrière son volant. »
Antoine regarda sa mère s’éloigner dans sa voiture, puis marmonna en souriant « Ahlala maman si tu savais à quel point ce lycée porte bien son nom.. »
Se promettant toutefois de ne jamais rien lui révéler de ces choses-là même sous la torture, Antoine s’avança vers l’entrée du Lycée. Il aperçut alors ses deux meilleurs amis qui l’attendaient. Avec un immense sourire il se précipita vers eux. Dans tous ses malheurs, Antoine se disait qu’il avait beaucoup de chance d’être dans la même classe qu’eux encore cette année, les 3 inséparables comme on les appelait dans le Lycée.
Il y avait Bastien, un beau garçon châtain clair qui mesurait 1m74, ainsi que Clémence, une jolie brune faisant 1m63, et qui avait des écarteurs aux oreilles. Antoine lui était plutôt grand, il mesurait 1m81, il était blond et toutes les filles disaient qu’il était super mignon, mais que c’était vraiment dommage qu’il soit gay. Cette dernière remarque le faisait d’ailleurs toujours beaucoup rire.
« Salut Antoine, lancèrent à l’unisson Bastien et Clémence. Et tu sais pas quoi ? Je viens de voir Thibaut passer avec sa bande de potes, il m’a dit qu’il te cherchait, apparemment il veut te parler »
Antoine sentit aussitôt son cœur s’emballer et soudainement battre à 200 à l’heure, il avait imaginé cette possibilité, mais cela ne l’empêchait pas de stresser.
Essayant à tout prix de penser à un autre sujet que Thibaut, il s’adressa à ses deux amis : « Oh dîtes, en partant tout à l’heure ma mère m’a dit que le nom de notre Lycée était pitoyable, et que l’on ne savait pas ce qui pouvait nous arriver »
Comme il s’y était attendu, Clémence et Bastien échangèrent un regard complice, à moitié hilares, puis Clem demanda :
« Ta mère n’est pas au courant de ce qui se passe dans le Lycée pour résoudre les problèmes ? 
- Oh, non ! répondit alors Antoine, et je ne suis pas assez stupide pour lui en parler ! »
Voyant ses deux amis acquiescer d’un signe de tête, toujours en souriant, il leur proposa alors de franchir la grille d’entrée, ce qu’ils acceptèrent de faire.
« Ça y est ! s’exclama Bastien, une nouvelle année commence, notre dernière dans ce bahut ! ».
Ça se présente plutôt bien je trouve. Une histoire qui promet d’être intéressante et un chapitre ni trop long ni trop court avec un style d’écriture parfait à mon sens et sauf erreur de ma part il n’y a aucune fautes d’orthographe. Hâte de lire la suite
Perso a part le fait que je trouve que c'est plutôt bien écrit et que pour une 1ere histoire elle est pas mal, ( dans le sens histoire et écriture j'entends) maintenant si tu veux mon avis perso quand g commencer a lire je sentais que sa commençais bien lol apres j'ai lu comme quoi le hero était gay jme disais super sa commence bien mais bon. A part ce côté là j'espère que l'histoire ne sera pas du m/m parce que la se sera sans moi pour la suite chui pas emballer par les histoires m/m et en plus le fait que lautre soit gay, se qui m'emballe pas trop non plus, ben sa irait un peu dans ce sens. Je préfère les m/f
Et pas mal de descriptions dans l'histoire me font dire que je lirais pas la suite, enfin sa dépendra de la suite. Mais sinon sache que pour une première histoire c quand même pas mal se que ta fait, ta du talent je trouve et tu va sûrement faire de super histoires.
JeffTheKiller a écrit :Perso a part le fait que je trouve que c'est plutôt bien écrit et que pour une 1ere histoire elle est pas mal, ( dans le sens histoire et écriture j'entends) maintenant si tu veux mon avis perso quand g commencer a lire je sentais que sa commençais bien lol apres j'ai lu comme quoi le hero était gay jme disais super sa commence bien mais bon. A part ce côté là j'espère que l'histoire ne sera pas du m/m parce que la se sera sans moi pour la suite chui pas emballer par les histoires m/m et en plus le fait que lautre soit gay, se qui m'emballe pas trop non plus, ben sa irait un peu dans ce sens. Je préfère les m/f
Malheureusement pour toi Jeff, tout le monde n'aime pas que le m/f ou le f/f ou que sais-je d'autre... il en faut pour tous les goûts :)

Tom je rejoins les autres avis, je trouve l'histoire bien écrite, et j'ai envie de connaître la suite.
L'histoire est très bien écrite, vivement la suite ^^
Merci à tous pour vos avis! Les compliments m'encouragent à continuer, et je tiens évidemment compte des remarques.
La suite arrivera bientôt! Je dois avouer que l'écriture est plus difficile que je ne le pensais ^^ J'essaie de faire en sorte que mon histoire soit assez originale et qu'on ne soit pas dans du déjà vu (déjà lu devrais-je dire), et j'essaie également d'accorder une place importante aux chatouilles en elles-memes en laissant un peu de côté l'histoire des lycéens, la description tout ça tout ça..
À très vite pour la suite :)
Perso je kiffe vite la suite stp
L'histoire est excellente même si ce n'est que le début. On se prend direct aux mots, elle est géniale.
Hâte aussi de voir la suite. Rien que le nom du lycée me donne envie 😏
Moi se qui me donne envie c'est ça :
« Ta mère n’est pas au courant de ce qui se passe dans le Lycée pour résoudre les problèmes ?
Salut tout le monde ! :)
Alors voici le 2ème chapitre de ma 1ère histoire! Je vous avoue que j'ai eu du mal à trouver le titre.. Encore une fois n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, et à me donner des conseils ! ;)
Cette fois ci j'ai décidé de faire plus de paragraphes, afin d'aérer un peu la lecture.


CHAPITRE 2 : Tourments

Quelques jours ont passé depuis la rentrée, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’avaient pas été de tout repos pour les élèves, et en particulier pour Antoine. Le premier de ses soucis était la fâcheuse habitude qu’avaient ses nouveaux professeurs de lui mettre la pression dès le début de l’année en lui rappelant sans cesse qu’il passerait le diplôme du Baccalauréat au mois de Juin, mais tous ses camarades de Terminale étaient dans la même situation que lui, et cela ne l’affolait pas, du moins pas encore. Les premiers cours concernant les dérivées en mathématiques et les ondes en physique étaient relativement simples. Non, le plus grand soucis d’Antoine, c’était Thibaut, son ex petit-ami.

Il ne se passait pas un seul jour sans qu’ils ne se croisent au Lycée, et au plus grand déplaisir d’Antoine qui s’était promis d’essayer de l’oublier, Thibaut venait à chaque fois lui adresser la parole. Leur dernière discussion remontait à la veille, et elle fut très animée. En réalité, Antoine n’avait pas dormi de la nuit et n’arrêtait pas de penser aux dernières paroles de Thibaut:

« Ne t’en fais pas Antoine, je sais très bien que tu m’aimes encore et que tu fais tout ça à cause de ta famille, mais je ne te laisserai pas partir aussi facilement, et tu sais à quel point je suis têtu, j’emploierai les moyens qu’il faudra. »

Puis il était parti directement après avoir fini de parler, sans laisser le temps à Antoine de répondre. Il avait bien pris soin en passant de laisser traîner sa main, qui était venu toucher Antoine. C’était tellement brusque que ce dernier s’était de suite demandé s’il avait fait exprès, mais quelques fractions de secondes plus tard, Thibaut lui avait pincé la cuisse, ce qui l’avait fait sursauter, alors il eut la réponse à sa question, bien entendu qu’il l’avait fait exprès. Et le sourire machiavélique que lui avait adressé Thibaut en guise d’au-revoir ne pouvait pas le rassurer, bien au contraire, il le connaissait si bien…

Actuellement, il était 17h37, Antoine était seul au Lycée, et il se promenait dans les couloirs, et il décida de se rendre dans le bâtiment C pour réfléchir au calme, car il n’y avait jamais personne aussi tard. Il avait encore 23 minutes avant que le Lycée ne ferme, il avait du temps.

Antoine pensait à cette scène depuis déjà 24 heures, mais il n’était pas certain de ce qu’elle signifiait, cela s’était passé tellement vite ; néanmoins en réfléchissant, il pensa que tous les deux se connaissaient tellement bien qu’il savait que Thibaut était un garçon extrêmement taquin, sadique, presque cruel, et à l’inverse, que Thibaut connaissait tous les points faibles d’Antoine.

Antoine eut soudain une boule au ventre, et le stress commença à monter, il savait ce que Thibaut préparait, comment-a-t’il pu ne pas comprendre de suite ? Bien sûr c’était évident, il l’avait déjà vu faire à plusieurs reprises quand ils étaient en couple, il avait lui même déjà subi ça, il savait très bien comment il était.

Antoine se tapa alors le front avec sa main et s’écria : « Ce n’est pas possible d’avoir mis autant de temps à comprendre !! Il va essayer de me chatouiller c’est sûr, ça marche comme ça ici en plus ! Que je suis con mon dieu ! », puis il sentit la panique monter de plus en plus fortement. Il avait toujours réussi à échapper plus ou moins aux « séances de torture » comme les appelait Thibaut. Certes, celui-ci l’avait déjà chatouillé, mais il était toujours libre de ses mouvements quand cela se passait, et il n’avait jamais trop insisté. Antoine se rappela qu’une fois il lui avait même mis un coup de pied par réflexe quand Thibaut avait commencé à lui enlever sa chaussette. Tous les deux avaient alors compris qu’Antoine était très chatouilleux, et il était évident que Thibaut allait se servir de ce point faible.

Plusieurs pensées se bousculèrent dans la tête et dans la mémoire d’Antoine, il se rappelait son amie Clémence, qui lors d’une soirée un peu trop alcoolisée s’était retrouvée attachée sur le lit. Elle avait alors subi des chatouilles pendant une heure d’affilée, de la part de Thibaut ainsi que de sa part à lui, même s’il pensait avoir été relativement gentil. Il se rappela alors avec effroi comment Clémence avait réagit quand Thibaut s’était mis à la chatouiller, il revoyait parfaitement la scène, Clémence, les yeux bandés, hurlant de rire tandis que Thibaut rigolait tout en lui chatouillant les aisselles avec ses doigts, à califourchon sur elle. Et ce n’était pas la seule fois, il avait vu de nombreuses personnes se faire chatouiller ici-même au Lycée, et à chaque fois cela se finissait de la même façon, le chatouilleur gagnait.

Antoine frissonna, et se dit qu’il ne fallait surtout pas qu’il se retrouve un jour dans la même position qu’elle, chatouilleur oui, mais pas chatouillé, ce serait trop horrible. Il regarda sa montre, il était 18h19, et se dit alors, affolé : « Mince, j’ai pas vu le temps passer, le Lycée aurait dû fermer il y a 19 minutes, en plus on est vendredi et l’internat n’est pas ouvert, je dois rentrer sinon ma mère va s’inquiéter. »

En priant pour que des professeurs ou des membres de l’administration soient encore présents si le portail était fermé, il se dirigea vers le hall d’entrée en se dépêchant.

Il était à peine à une cinquantaine de mètres du hall qu’il aperçut une jolie fille blonde, le portable à la main, adossée contre le mur, son sac à main à terre. Antoine connaissait cette fille, elle était en Terminale Littéraire dans la classe de Thibaut. La fille lui sourit alors, et elle écrivit très rapidement sur son téléphone. Antoine eut alors un mauvais pressentiment, il accéléra le pas et n’était plus qu’à une trentaine de mètres du Hall.

Soudain, il sentit 4 bras qui l’encerclèrent et l’attrapèrent dont 2 bras au niveau du cou, avec une des mains lui recouvrant la bouche, l’empêchant de crier, et 2 autres bras au niveau de sa taille, le tirant et l’entraînant dans un endroit qu’il ne pouvait pas voir.

« Alors Antoine, tu ne l’as pas vu venir celle-là, pas vrai ? dit alors une voix narquoise. »

Cette voix, Antoine la connaissait très bien, c ‘était celle de Thibaut. Il sentit alors son cœur chavirer et s’arrêter de battre.

« Merci de m’avoir prévenu Marie ! ajouta Thibaut, j’aimerais bien que tu restes si tu veux, tu seras très utile !

- Avec plaisir Thib, lui répondit la dénommée Marie, je n’ai rien à faire d’urgent, je peux rester.

- Parfait! Arrête de gigoter toi, tu es tout seul, tu ne vois pas que c’est peine perdue ? demanda-t-il à Antoine, Pierre, ajouta-t-il, aide-moi à le porter, on va l’emmener à l’infirmerie, il n’y a plus personne maintenant. »

Ils s’exécutèrent, Pierre porta la tête et le corps d’Antoine tout en laissant une de ses mains sur sa bouche, tandis que Thibaut lui porta ses jambes. Ils allèrent le plus vite possible, pour que personne ne les voit, et en moins de 2 minutes ils étaient arrivés à l’infirmerie. Antoine espéra de toutes ses forces que la porte soit fermée, malheureusement sa prière ne fut pas exaucée. Pierre ouvrit la porte, et tous les 4 s’y engouffrèrent, Antoine essayant de résister avec force mais sans y parvenir, Pierre et Thibaut étaient bien trop forts. Puis il entendit un bruit et devina que Marie avait fermé la porte à clé après leur entrée.

« Eh bien mon petit Antoine, je crois que maintenant tu es un peu mal barré, qu’en penses-tu ? dit alors Thibaut avec un sourire qui agaça fortement Antoine, je pense que l’on va bien s’amuser tous les 4, ajouta-t-il avec un petit rire sournois qui le fit frissonner. »

Ce rire, Antoine le connaissait plus que bien, et ce n’était jamais bon signe quand Thibaut l’utilisait...
Super histoire ;)

La relation est assez particulière entre les deux protagonistes, après Antoine est long à la détente ^^' il aurait du comprendre tout de suite mais après ça met du drama à la scène.

Hâte de savoir comment va se passer la suite.
La suite
Je kiffe perso bravo
Je trouve cette histoire très prenante :) de plus je la trouve très bien écrite, c'est très agréable à lire!
Bon courage pour la suite, comme les autres j'ai hâte de la lire!
Salut,

Je rejoins les autres. Cette histoire est vraiment bien construite et puis, tu ne brules pas les étapes. Du coup, on prend vraiment plaisir à imaginer le supplice qui attend le pauvre Antoine.

Je n'aimerais vraiment pas être à sa place (ou peut-être que si :) ).

Bonne chance pour l'écriture et amuse toi bien surtout.
L'histoire est très prenante, j'ai hâte de lire la suite ^^
Accès réservé aux ADULTES uniquement.
Déclarez-vous être majeur(e) ?