Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



L'interrogatoire d'Erza

Quand Kyôka rentra dans la pièce, Erza arborait le même regard de défi que lors des précédentes séances. Elle était entièrement nue, ses cheveux camouflant son corps. Ses pieds étaient chacun attachés au sol et ses mains menottées, menottes qui étaient elles-même reliées au plafond par une chaîne.

- Je dois dire que tu impressionnes, commença Kyôka en prenant le menton d'Erza, personne ne m'avait résisté aussi longtemps.

- Je ne sais vraiment pas où est Gerald, et même si je le savais je ne dirais rien à un monstre tel que toi, tu aurais du comprendre qu'un membre de Fairy Tail ne craint pas la douleur ! Rétorqua la prisonnière avec un sourire crispée.

- Figure toi que je m'en suis rendu compte, répondit Kyôka en souriant, et même si j'adore te faire du mal, j'ai vraiment besoin de cette information. Je suis donc obligée de... changer de tactique.

- Qu'es-ce que tu veux dire par changer de tAAAaaaa...

Kyôka avait placée un de ses doigt-griffe dans chaque aisselle d'Erza et faisait des cercles, empêchant Erza de finir sa phrase.

- Prrrmmt, Qu'es-ce que tu fais???

- Je chatouille tes magnifiques dessous de bras, ça ne se voit pas? Répondit Kyôka d'un air innocent.

- Tu crois vraiment que des jeux d'enfants vont réussir à me faire craquer ? Lança Erza qui avait une sainte horreur des chatouilles.

Sans répondre Kyôka plaça tous ses doigts dans ses aisselles et les chatouilla vigoureusement, ce qui provoqua un brusque mouvement de tête d' Erza. Pendant une demi-heure Kyôka chatouilla Erza qui bien que rouge restait obstinément silencieuse.

- Bon sa suffit, ça ne nous mène nulle part. Dit la geôlière en enlevant ses mains.

Erza tenta de cacher sa satisfaction ; elle était tellement sensible aux chatouilles ! Alors qu'elle commençait à reprendre son calme, elle frémit en entendant la démone dire d'une voix sadique :

- je crois qu'il est tant d'augmenter ta sensibilité aux chatouilles.

-Qu-QUOI ? Erza était horrifiée.

- Voyons,ma malédiction ne se limite pas à augmenter la sensibilité de la douleur, mais TOUTES les sensibilités ! Voilààà, tu es maintenant 3 fois plus sensible qu'avant. Reprenons.

Les yeux d'Erza se remplirent de terreur quand elle vit les doigts s'agiter en s'approchant doucement de ses aisselles. Quand ils la touchèrent, elle dû se mordre la langue pour ne pas hurler de rire et commença à bouger tout son corps, essayant vainement d'échapper à cette torture.

- Et bien et bien, je suis de nouveau impressionnée, dit Kyôka en souriant, voilà 10 minutes que je te chatouille et malgré quelques petits cris sporadiques, tu tiens bon !

- Qu-Qu'es-ce que tu crois, répondit la reine des fées, j'ai encore ma fierté ! Ce n'est p-pas demain la veille que je m'inclinerais devant le mal !

- Nous verrons cela. Rétorqua Kyôka en baissant légèrement ses doigts.

- NYAHAHAHAAaaAAAa pas làààà, s’écria d'un seul coup Erza, je suis beaucoup plus chatouilleuse icihihii !

- C'est bien ce que je remarque, et si je plaçais mes mains sur tes côtes ?

- AHAHAHAHHAAA NON pitiée, pitiééééee ! Supplia Erza en s'agitant dans tous les sens.

- Que j'ai pitié de toi ? Pour avoir suggéré quelque chose d'aussi absurde, dit Kyôka à une Erza qui n'en pouvait plus de rire, tu vas avoir droit à la TOTAL !

A ces mots les doigts de Kyôka se mirent brusquement à parcourir tout le corps d'Erza à une vitesse folle en la chatouillant. Experte dans ce domaine, on aurait pu croire que ses mains étaient indépendantes : tandis que l'une chatouillait la raie de ses fesses, l'autre s'acharnait sur son aisselle. Alors que sa main gauche lui chatouillait l’intérieur des cuisses, la droite s'amusait avec son ventre.

- AAAHAAaahhahaAHAAHAaaaAAA OH NON NE AHAaaAAHaA, PAS LA JE T'EN AAHAhahaHAh.

Erza était devenu comme possédée, se contorsionnant dans tous les sens tout en riant la langue sortit. Elle n'en pouvait plus, elle n'en pouvais plus ! Kyôka s’arrêta au bout d'un temps qui semblait être une éternité pour la pauvre Erza. Elle rigolait toujours quand elle vit Kyôka s'agenouiller pour être en face de son ventre ruisselant de sueur. Elle ferma les yeux quand elle sentit son nombril se faire écarter par deux doigts.

- Tu veux que ça s’arrête pas vrai ? Tout ce que tu as à faire est de me dire où est Gerald, ou sinon... Taquina la tortionnaire en agitant un de ses doigts dans le nombril d'Erza sans toutefois toucher les bords.

- Je, je ne sais vraiment pas, je te le le jures ! Pitié pas mon nombril, tout ce que tu veux mais pas mon nombril, tu, tu ne sais pas ce que s'est ! Cria une Erza suppliante en tirant sur ses menottes.

- Mauvaise réponse ! Clama Kyôka en chatouillant l’intérieur de son nombril, guili guili !

-AHAHAAHAaaaHAHAHaAHAHAhahAHAHhAOHNONPITIEAHahAHAhahAHHAa HAHAHAhAHAHAHAHJEFERAISTOUTAHAHHHHAAaAAHHhahHAhAHAHH.

La torture continua pendant plus d'une vingtaine de minute, Erza bougeant continuellement son ventre pour échapper au doigt de Kyôka, mais en vain. La démone arrêta au bout de ce laps de temps et tout en se relavant, redemanda :

- Où est Gerald ?.

- JE NE SAIS PAS ! Rugit Erza en pleurant de rire.

Au bout de dix autres minutes, quand les rires d'Erza s’estompèrent Kyôka dit :

- Amusant, tu me résistes exceptionnellement bien,tu me divertis tellement que ce serait du gâchis qu de te faire parler si tôt. Je vais jouer avec toi mais avant ça, je vais te montrer un aperçu de l'enfer !

- Non arêtes ! Qu'es-ce que tu veux dire par là ? Demanda Erza toujours terrifiée. La démone leva une main.

- Sensibilité aux chatouilles MAXIMUM !

A cet instant Erza eu l'impression que tout son corps était devenu aussi chatouilleux que son point le plus sensible si il avait été chatouillé pendant toute une journée. Elle avait l'impression qu'une centaine de plume s'occupait de chaque millimètre carré de son corps. Elle ferma les yeux et se mit à rire silencieusement.

- Je vois que cette fois encore ta fierté te retiens de craquer, susurra Kyôka en contournant Erza qui ne pouvait même pas ouvrir la bouche sous peine de rigoler.

En souriant, la démone se pencha et souffla tout doucement sur son dos.

- GNAAAAahAHahahahAHHahHHAAhhahAHHAHahah, NNAAAaNaNNANANAaahaHAhahAHAHAHha OH MON DIEU AhaHAhahHAHahAHA...

Erza rigola et secoua son dos comme une démente pendant près de cinq minutes tandis que Kyôka rigolait de la voir si pathétique.

- Je reviendrais te voir demain, lui souffla Kyôka à l'oreille tout en effleurant avec ses dix doigts ses aisselles.
Sans retirer sa malédiction Kyôka sortit de la salle d’interrogation, laissant derrière elle Erza qui se mit à rire frénétiquement de plus belle, sa voix résonant à travers tout Tartaros.

Quand Kyôka revint voir Erza le lendemain matin cette dernière était totalement couverte de sueur et était parcouru de spasmes incontrôlables. Elle avait un regard suppliant en voyant approcher sa geôlière.

- Tu as bien dormis Erza ? Moi pas très bien, tu sais que tes hurlements de rire ont résonné dans notre guilde pendant plusieurs heures après mon départ ? J'ai du oublier de retirer ma malédiction, je suis tellement étourdie parfois, dit-elle d'un air faussement désolé, mais j'ai ramené une de tes connaissances pour me faire pardonner.

Dans l’entrebâillement de la porte apparu alors Minerva transformée en démon, qui sourit à pleine dent en voyant la position pathétique de son ennemie.

- Alors c'est vrai ?! La puissante et arrogante Erza a été capturée et soumise par Tartaros !

- Min-Minerva, qu’es ce que tu fais là ? Demanda Erza en serrant les dents.

- Oh rien que du classique; le pouvoir, la puissance, mais surtout ma vengeance sur celle qui m'a humilié devant le monde entier. Elle est vraiment si sensible que ça ? S'interrogea Minerva en approchant une main du ventre d'Erza.

- NON NE ME TOUCHES PAS ! S’exclama la prisonnière en pleurant. PITIÉ NE ME TOUCHES PAS !!! 

- Arêtes ça tout de suite, ordonna sèchement Kyôka, ce n'est pas dans le programme d'aujourd'hui. Malédiction désactivée, lança-t-elle en levant la main.

Erza poussa un long soupir de soulagement et tous ses muscles se décontractèrent. Elle ne ne tenait debout que grâce aux menottes.

- Minerva je t'en supplie, commença Erza après avoir retrouvé une partie de son calme, tu n'es pas si méchante, ne laisses pas Tartaros détruire le monde, ne te laisses pas détruire!

- Oh mais j'aime être méchante, et ce n'est pas du monde mais de toi que tu devrais te préoccuper, Rétorqua Minerva en prenant Erza par les cheveux.

Kyôka s'approcha à son tour et dessina quatre cercles magiques, un sous chaque pied d'Erza et un au dessus de chaque main. Une fois finit elle recula et fit apparaître un écran sur lequel apparaissait Natsu, Grey, et Lisanna trempant dans un liquide étrange.

- Les amis ! S'écria Erza. Qu'es-ce que vous leur avez fait bande monstres ! cracha la reine des fées à l'encontre de ses deux tortionnaires.

- Mais rien pour l'instant, répondit Kyôka avec douceur, cependant la cuve dans laquelle ils baignent est reliée magiquement aux cercles que j'ai dessiné. Si une pression n'est pas exercée sur chacun d'entre eux quand je les activerais, un produit mortel inondera la cuve et tu pourras dire au revoir à tes 'amis'. Activation!

Immédiatement Erza plaqua ses mains sur les cercles magiques du plafond, se retrouvant entièrement tendu.

- Tu as bien compris les règles du jeu ma petite Erza ? Dit Minerva en lui mettant autour du cou un collier magique qui bloque les pouvoirs magiques. Tu ne lâches jamais !

Kyôka fit un geste de la main et dans un même cliquetis, les menottes qui attachaient Erza s'ouvrirent, rendant cette dernière libre. Sauf qu'au moindre mouvement ses amis mouraient.

- Voyons, il faut trouver quelque chose d'assez dur, mais pas trop, sans quoi elle lâcherait immédiatement. Kyôka semblait se parler à elle-même. Allez va pour : Sensibilité au chatouilles fois 5!

- Qu'es-ce que vous comptez faire encore??? Demanda inquiète Erza qui sentait son corps devenir plus sensible.

- Ceci, répondit Minerva en chatouillant l'aisselle droite d'Erza avec tous ses doigts.

- AAAAhAAHHAHahah Arrêtes Minerva ! C'est horriiihihhible je ne peux pas bouger ! Supplia-t-elle.

- Oh comme j'aime t’entendre supplier Erza, gloussa Minerva en cherchant les points les plus sensibles sur le corps de la prisonnière, je suis sur que ça doit être horrible de POUVOIR bouger mais que ton DEVOIR t'en empêches, s'amusa-t-elle en chatouillant l'arrière de ses genoux avec une plume qu 'elle venait de faire apparaître.

- Minerva je t'en priiiihiih, reprends-toi ! Reviens du bon cotééhééé.

- Encore ce refrain stupide ? Et si je taquinais ton derrière pour te faire taire ? Dit-elle en chatouillant les fesses fermes d'Erza avec une plume.

- AHAHahahhah pitié je n'en peux pluuuhuss, supplia Erza alors que des larmes de rire commençaient à couler.

- Si tu veux que j’arrête, tu n'as qu'à m'en empêcher. Tu n'es même pas attachée !

- Mais je ne peux paaahhahaas, gémit Erza tandis qu'elle sentait la plume lui chatouiller le bout de ces fesses.

- Dans ce cas, commença Minerva en plaçant ses mains sur les côtes, je continue ! Finit-elle en la chatouillant dans le creux des côtes.

- GYYAhhahhaHAhA S'il te plaît je ferais n'importe quoAAAAaaAhaha, s'écria Erza alors qu'elle semblait perdre la tête.

- Vraiment ? Répondis Kyôka qui s'était montré discrète jusque là, dans ce cas j'ai un petit jeu pour toi : tu vas nous raconter des moments honteux de ta vie et plus ils le sont, moins Minerva te chatouillera.

Minerva aquiessa d'un léger coup de tête.

- Vous êtes folles, répondit Erza, il est hors de question que je AHAHahhahaHAhhahAhha d'accord D'ACCORD ! Céda-t-elle sous les doigts de Minerva.

- J'a-j'adore les petites confiseries mais j'ai toujours eu honte de l'avouer, dit-elle d'une petite voix tandis que Minerva mettait des gants où chaque doigt se finissait en une longue plume.

- Minable, rétorqua Minerva en chatouillant les côtes d'Erza.

- NOOONN AhAHhaA PAS MES COTES !! AhHahahaa d'accord je pleure tous les soirs !

- Intéréssant, murmura Minerva, et à quoi penses-tu quand tu pleures ?

Devant le silence d'Erza, Minerva plaça ses dix plumes sur le ventre plat d'Erza et les agita dans tous les sens.

- A QUOI TU PENSES? Cria Minerva pour couvrir le son des hurlements de rire d'Erza.

- GNAAAHAHAhaHAhhAHAhHAhHAhAhAH OK, OK !!! HAHHAHhA JE PENSE A Ahahhahah GERALD, AhhahHAHAH ET A LA TOUR DU PARADIS IHOHHIIIIhIhIHI .

Minerva s’arrêta à ses mots, laissant Erza pantelante et tremblante.

- GERALD, s'étonna-t-elle, et POURQUOI PENSE-TU A LUI ? Demanda Minerva en chatouillant les cuisses d'Erza.

- Non, je, je ne peux pas le dire, c'est trop personnel.

- Tu devrais essayer de lui chatouiller le nombril, c'est son point le plus sensible, conseilla Kyôka à Minerva.

- NON ATTENDS ATTENDS !! s'égosilla Erza en voyant la langue de sa geôlière s'agiter près de son nombril, C'EST PAR CE QUE JE L'AIME DEPUIS QUE JE SUIS TOUTE PETITE, JE REVES DE POUVOIR PASSER LE RESTANT DE MES JOURS AVEC LUI MAIS JE SAIS QUE C'EST IMPOSSIBLE !

Erza avait parlé le plus vite possible sans s’apercevoir que ses deux tortionnaires s'étaient mises à rigoler à l' écoute de cette gênante confession.

- Ah Erza, tu n'as vraiment plus l'aura de guerrière invincible que tu avais en rentrant dans ce cachot, lança méchamment Kyôka. Mais malheureusement tu vas maintenant me dire où se trouve Gerald, où je laisse Minerva s'occuper de toi avec ta sensibilité encore doublé.

Elle joignit l'acte à la parole et Erza constata avec effroi qu 'elle était maintenant encore plus sensible.

- Je vais compter de 5 à 0.

- 5.

- Non pitié j'ai horreur des chatouilles, je ferais ce que tu voudras mais pas ça!

Minerva fit apparaître un flacon d'huile de massage entre ses mains.

- 4.

- Je ne sais pas où il est je le jures sur ma vie ! PITIE !

Minerva fit couler du liquide sur tout le corps d'Erza.

- Ahah rien que l'huile me chatouille tellement, pitié arrêtes de me toucher!

Minerva commença à étaler l'huile uniformément sur le corps d'Erza.

- 3.

- Ahahahahah tes mains Minerva, pitié tes mains me chatouilles tellement !

Minerva était en train de chatouiller les genoux de la prisonnière.

- 2.

- Demande moi n'importe quoi d'autre ! N'importe quoi !

Minerva étalait maintenant l'huile le long de ses jambes.

- 1.

- Je te donnerais les secrets de guildes, tout l'or du monde, NE LAISSE PAS MINERVA ME TOUCHER !

Minerva plaça sa tête devant son nombril.

- 0 !

- AHHAHAhaHAHhAhHHAhHAhAhHAHANONAHAHAHhAHhahahhaHAhhaHaHHAhahHAhHAhahHAhhha hAhahahahhhaHhHAhAHHAhHAhHAhHhAhPITIEahAhHAhHAMINERVAAAAAJEAAHHAhhhahHAhaHhMINERVAAAAAAhAHAhhahAH, s'étrangla-t-elle de rire à l'instant où Minerva commença à lui lécher le nombril tout en chatouillant ses aisselles avec les plumes.

Craquant, Erza ferma ses bras et tomba à terre, se roulant de rire alors que Minerva continuait de chatouiller chaque recoin de son corps. La pauvre Erza essayait de cacher ses parties les plus sensibles mais ils y en avaient trop ! Minerva enleva ses gants et mit ses pouces sur les côtes d'Erza, la chatouillant férocement. Les rires d'Erza montèrent crescendos.

- Qui est tu ? Demanda Minerva alors qu'elle chatouillait l’entrée de son vagin.

- AhahHaha TouT cE Que TU vEux, Ton EsclaVE, TOUT CE QUE TU VEUX, lacha Erza avec un voix déformée par le rire.

- Arrêtes, elle vient de me donner une idée. Si elle ne sait vraiment pas où est Gerald, autant qu'on s'amuse avec.

Minerva se retira donc en regardant se tortiller et en riant frénétiquement sur le sol celle qui l'avait jadis humiliée.

- Minerva, tu vas suivre mes instructions... ordonna Kyôka.

De nombreuse minutes plus tard, quand Erza émergea de sa transe, elle vit Mirajane inconsciente les pieds attachés au sol. Elle sentit également qu'elle avait quelque chose sous les aisselles.

- C'est un jouet de mon invention : des boules en métal fixées magiquement à tes aisselles qui possèdent des centaines de plumes minuscules, répondit Kyôka à la question silencieuse de sa prisonnière.

- Alors si tu ne veux pas que je l'active tu vas faire exactement ce que je dis. Tu vas faire subir ce que tu as subis à ta chère amie ! Tu vas la chatouiller jusqu'à plus soif, où c'est toi qui connaîtra l'enfer!

- Oh non pitié ne me demandez pas de faire ça, je, je ne peux pas, gémis Erza en tremblant.

Sans un mot Kyôka fit un geste de la main et les centaines de plumes commencèrent à chatouiller impitoyablement Erza.

- NYAAhAhahHAhAHhahAAhhahaHAhaha, s'écria Erza en s’effondrant sur le sol. Elle essayait inutilement d'enlever les instruments avec ses deux mains, se tortillant par terre et frappant le sol avec ses pieds.

- PITIÉ !! JE M'EXCUSE PAR PITIÉ ARRETEZ CAAAHAHAHAHHAHAHAH, C'EST HORIHIHIHIIIBLE AhhahAHhHAhhHHAhaHahAhahHAhahHHahaHAHhAhAHAHhAHAHHahHA.

Kyôka la laissa ainsi pendant une demi-heure, la regardant supplier et s'agiter dans tous les sens comme si elle voulait sortir de son corps. Une fois l'engin arrêté, Erza rigola en positon fœtale pendant dix minutes avant de croiser le regard dominateur de la démone. Elle comprit immédiatement. S'approchant en sueur de Mirajane, elle plaça ses mains sous ses aisselles et commença à la chatouiller. Minerva tenait fermement les mains de Mirajane au dessus de sa tête pour l’empêcher de les rabaisser.

-Qu-qu'es-ce qui se passe ? Demanda Mirajane en se réveillant, Erza ? Qu'es ce que AHAhAHhAHhAHAhAH Arrètes ERZA QU'ES-CE QUE TU FAIS ??? aHAhaahAHhAHAHHAHAhahaHAHAHahah...

S'agitant dans tous les sens, elle essayait d'échapper aux doigts d'Erza qui se faufilaient sous ses vêtements et la chatouillaient sans relâche. En silence Kyôka s'amusait à augmenter la sensibilité de Mirajane, lui arrachant des rires et des cris toujours plus puissants.

- AHAHHAhahaHhahHAhAhhahAhERZAARRETESAHHAhHAHAHhahhaHhahahhPOURQUOIAAAH
HAHhahAHHAHhaHHAhAHahaAhahHAhAH.

Avec un sourire sadique Minerva fit apparaître derrière chaque pied d'Erza une plume qui s'y attaquèrent, se faufilant entre chaque orteil.

- GNYAHAhHAhahhAHhHAahhAH, cria Erza sans toutefois arrêter de chatouiller son amie.

Dans tout Tartaros s'entendait leurs rires, ceux d'Erza riant à gorge déployée alors qu'elle chatouillait fermement les cotes de Mirajane, qui riait encore plus qu'elle, et ceux de Kyôka et Minerva, comblées par un tel spectacle.






Quelques mois plus tard


Kyôka se déplaçait sur le dos d'Erza complètement nue et à quatre pattes, se pavanant avec son jouet dans tout Tartaros quand une petite secousse dérangea la démone.

- Qu'es-ce que j'avais dit à propos des secousses, la réprimanda Kyôka en approchant ses doigts de ses dessous de bras.

- Oh non maîtresse, ne me punissez pas, supplia Erza toujours à quatre pattes, ne me punissez pas !

Dés que les doigts la touchèrent, elle éclata de rire, secouant sa tête dans tous les sens.

- AHAHHA OH NONI AHAhaHahHAHHahHAHAhA NOOOON ahAHhahhahAhA PITIE MAITRESSE !!! AhahHAhHahahHAhHAhHAhHAahahaHAhHahAAhhAhahahhAhaHAhHAhAhAHhAHHAhaHAhHAhHahhahhahahAHahHhaHHHhHahHhahAHAHHAhaha...

Elle était en Enfer.
Intéressante histoire, ça m'a fait repenser à la scène de torture entre les deux justement, c'est cool que tu ai mit cette scène adapté à notre fétichisme ;)

Par contre, la sensibilité au Maximum était un peu exagéré, il n'y avait aucun courant d'air, ni rien. Qu'est-ce qui pouvait la chatouiller alors °_-.

En attendant, je vais lire tes autres histoires.
Si quelqu'un avait ses nerf au maximum de leur sensibilité, il souffrirait constamment même sans aucune stimulation.
Là c'est pareille mais avec les chatouilles, après c'est peut-être un peu gros effectivement
Je suis d'accord, la moindre sensation serait horrible, mais il faudrait quand même un stimulis ^^'

Enfin après, ça reste au point de vue et à l'avis de chacun ;)
Bonjour
Ton histoire est vraiment bien écrite et surtout bien pensée
Elle est très originale !
Merci pour ce partage :)
J'ai beaucoup aimé ton histoire.

Meme si avec le passage ou elle ne doit pas lâcher pour la vie de ses mais m'a rendu triste !

Merci beaucoup pour ton travail.
Accès réservé aux ADULTES uniquement.
Déclarez-vous être majeur(e) ?