Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



L'épreuve des chatouilles chapitre 02

Les rôles étaient maintenant inversés quand Ryu se réveilla. Elle se trouvait à son tour attachée et Asami se trouvait assise sur elle, encore rouge et sous le choc de sa séance de chatouille.

- Tu t'es bien amusé tout à l'heure sale conne ? Lança-t-elle d'un air furieux.

- Je n'avais pas le choix, on m'avait menacé de me tuer si je ne le faisais pas, répondit Ryu sans du tout paraître inquiète.

- Pas d'excuse ! Tu as aimé me chatouiller et me regarder supplier. Je l'ai vu dans ton regard ! Alors je vais te faire payer au centuple, et on verra bien qui rira le dernier.

- Si ça peut te consoler. Mais je ne suis pas chatouilleuse.

Asami commença à chatouiller Ryu avec énergie, passant sous ses aisselles, son ventre, ses côtes et tout son corps mais Ryu insensible répétait inlassablement « Je ne suis pas chatouilleuse » d'une voix presque ennuyée. « Mais c'est pas vrai ! » se fâcha intérieurement Asami, voilà plus de dix minutes qu'elle la chatouillait et elle n'avait même pas souris. Pour cacher son visage frustré elle se retourna et se mit à attaquer la plante des pieds de Ryu sans aucun effet.

En passant ses doigts entre ses orteils Asami commençait à désespérer quand elle remarqua quelque chose : depuis qu'elle avait attaqué ses pieds Ryu n’avait plus dit un mot. Se retournant elle vit une chose banale pour une personne ordinaire mais extraordinaire pour Ryu : un début de sourire. Les yeux d'Asami s’enflammèrent comme ceux d'un enfant découvrant un magasin de bonbon. Toujours en chatouillant son pied, elle se pencha vers Ryu et regarda sa prisonnière droit dans les yeux.

- Tu ne serais pas chatouilleuse des pieds ? Demanda-t-elle sournoisement.

- Non je ne suis chatouilleuse. Répondit Ryu d'une voix qui trahissait un début de rire.

- Ah non ? Et ici ? Ici ? Ici ? A chaque fois Asami cherchait le point le plus sensible de son pied.

- Prrrrrmmmmmttt, laissa échapper Ryu quand Asami posa un ongle sur un bout précis de son pied.

Asami bondit du lit et se plaça face aux deux pieds de Ryu avant de commencer à les chatouiller à leur endroit le plus sensible. Ryu commença à bouger lentement dans ses entraves alors qu'elle se mordait la lèvre inférieur pour ne pas rigoler. Mais c'était la première fois de sa vie qu'elle ressentait cette sensation et fut donc incapable de lui résister longtemps.

- AhaHhaHahahahhahaHahhahahHahahahhahahhaHa, se mit-elle à rire faiblement, c'est, c'est quoi cette sensation ? Ahahahhahahahahahahahhahahahahhahahahahahahaha.

- Enfin ouvert au chatouilles Miss Parfaite ? Alors tu trouves ça comment ?

- C'est horriiiihiiihiiible !

La vision de cette fille toujours froide et impassible s'agiter en rigolant avait quelque chose d’incroyablement amusant, et Asami commençait à se sentir venger. Comblée elle la chatouilla de plus belle mais remarqua très vite que les rires s’estompaient peu à peu, Ryu ayant vraiment une volonté d'acier. Asami lâcha subitement les pieds et revint sur Ryu.

- Je, je suis quand même capable d'y résister, haleta Ryu, tu ne peux pas te venger.

- Ça c'est ce qu'on va voir, répondit Asami d'une voix énigmatique en plaçant ses ongles dans les aisselles de sa prisonnière.

- Qu'es-ce que tu crois faire, se moqua Ryu d'une voix de nouveau glaciale, tu sais très bien que je ne suis pas sensible icIIhIhIhHiiIIHiIIIIIIIhHhiHiihIihiI AhhaahahHAAHAHhAhahaHAhahahHAhAHAhAHAHAHhahhaHAhaHah.

Comme le suspectait Asami maintenant que Ryu avait découvert les chatouilles tout son corps s'était 'déverrouiller' à ce plaisir.

- QU'ES-CE QUE GYYYYAAhAHHAHahAHHAHAhAhahhAHaha NON AHAhAHHAHAHHAHAHAH ARRETES AhhAhAHAhHAHAHAHHAhA OH NON AhhAHAHAhHAhhahaHhahHhaHaHAHH.

Asami souri en sentant cette chair s'agiter inutilement sous ses doigts. Elle la chatouilla simultanément sur les côtes et entre les cuisses, la rendant totalement hystérique.

- NOOON PAS LaAHAHAHHAHAhhaHAhahHahaHAHhaHa ArRETes pas mes jambes AhahhaHahhaHaHHAha PAS MES COTES PITIÉ AhhaHHAhAHaHHAhHahHahHahHaHHhhHAhHAhhAHhHAhaH.

Asmai retira ses doigts un instant, laissant Ryu haletante et pleurant de rire. Elle savait que supplier n'était en rien humiliant pour sa rivale ; elle devait trouver quelque chose qu'elle refusait d'avouer. Elle sourit.

- Non, att, attends, supplia Ryu en voyant les doigts s'approcher de son ventre. NahAHhAHHahHahhAHahHAHHAHhhaHAHHAhAhhAHha ARRETES AhAhHAhAHah A JE FERAIS TOOUUUT AhhaHAhHahhA.

- Avoues que tu as le béguin pour Shiro dans ce cas.

- QuoiAHhaHAhaHhAHAHahHAHAHhaha ?

- Avoues que tu craques sur lui et j’arrête de te chatouiller.

- NahaHhahahHha JAMAIS AhahHahahahhAhAhAhAHhAhhhahhahahAhaha.

A partir de ce moment Ryu cessa de supplier sa tortionnaire mais continua de rire aux éclats, refusant de céder à ce chantage. A moitié folle de rire Ryu cru un instant pouvoir résister aux chatouilles, mais quand elle elle sentit un ongle lui titiller le dessus des fesses elle perdit tout sens commun et s'agiter dans tous les sens.

- AhahAHhaHahHAhaHAHhHAhAHahHhAH D'ACCORDS J'AI HahahahaHhah DES ÉMOTIONS POUR HahahahHhAHH aLUI aAHahHHAHHhHhhH JE L'AI DIT aAHhAhAhHAha PITIE ARRETES AHAHhaHhahahHAha.

Asami tenu sa parole et la laissa en paix, mais y fixa une condition.

- Décris-moi plus précisément tes sentiments, ou sinon... menaça-t-elle en agitant ses doigts.

- Ok, OK, paniqua Ryu en sentant des doigts se poser sur son ventre, je, je ne l'aime pas vriament, enfin je crois, mais c'est la première personne pour qui j'ai de l’intérêt. Mes parents, ma famille... Je n'ai jamais rien ressenti pour eux, pas la moindre empathie, pas la moindre joie. Seul Shiro arrive à me faire ressentir quelque chose pour lui. Et quelque chose d'aussi nouveau et intense me fait peur, alors je l'ai toujours repoussé. Ryu ferma les yeux honteuse de s’être ainsi mise à nue. S'il-te plaît détache moi maintenant !

- Tu te rappelles quand j'ai dit que je t'épargnerais si tu me révélais tes sentiments ?

- Oh non non NON NON, s'écria Ryu en s'agitant dans tous les sens. Elle savait ce qui allait se passer.

- J'ai mentis, susurra Asami en la chatouillant ses fesses et son nombril.

- AhHAhahhHaH NoOoN AhhAhhahAHa PITIE AhahhAHAHhaHahhHahhAHAhahh HahAHhHAH JE T'EN PRIS NON AHHAhHAhaHahHahAhahahhahhHHhHAhahaHaHhahaHAHA TOUT MAIS PAS ÇAhaHHhAhhAh.hAHhah.

Pendant plus d'une heure Asami s'acharna inlassablement sur tout le corps de la pauvre Ryu, recherchant des endroits toujours plus sensibles. Celle-ci avait d’ailleurs totalement perdu son visage habituel et se noyait dans un océan de chatouille. De temps en temps Asami, cruelle, arrêtait pour mieux repartir. « Tu veux que j'arrête ? » Demandait-elle avec innocence. « Oh oui pitié arrêtes arrêtes ! » Avait tout juste le temps de supplier Ryu avant d'exploser de rire sous les attaques des mains d'Asami. « GYAHahHAhahHAhAHHAhAHhhAHAHAHahhahhH AhhAhahah. »

Au bout d'une heure pour Asami et d'une éternité pour Ryu, les doigts se retirèrent définitivement, laissant derrière eux un corps si sensible qu'un souffle suffisait pour le plonger dans une avalanche de rire. Fatiguée du plaisir qu'elle avait de tourmenter ainsi sa rivale, Asami descendit du lit et fit des étirements.

« Hum, ceci, ceci n'était pas au programme mais qu'importe » Déclara une voix sortant des murs. « Vous devez tout de même vous diriger vers l'épreuve suivante. Toutes les deux ! ». Asami entendit les menottes s'ouvrirent derrière elle et Ryu se jeta immédiatement sur elle, la plaquant au sol et tout en rigolant lui chatouilla les dessous de bras. Par réflexe elle ferma ses bras sur son corps, mauvaise idée car les doigts de Ryu se retrouvèrent plaqués avec encore plus de force dans ses dessous de bras. « IhiihhiiihihhihihiiAHhAHAhahhaHahahHAhahHAhaHAhaHahahahAHhaha ». Ces quelques chatouilles la firent replonger dans l'état de faiblesse et de sensibilité qu'elle avait quand elle était attachée. Par désespoir elle donna un violent coup de pied à Ryu qui recula de quelques mètres avant de se réfugier dans un coin de la pièce en rigolant. L'imitant Asami se réfugia dans un coin et pendant plusieurs heures les deux femmes restèrent ainsi recroquevillée à regarder le vide, sans rien dire.

- Tu as eu raison de vouloir te venger, lâcha Ryu au bout de trois heures de silence. Je prenais vraiment du plaisir à te chatouiller.

- Comment tu peux dire quelque chose comme ça après ce que je t'ai fait ? Répliqua Asami d'une voix exagérément colérique, je savais que toi tu n'avais pas eu le choix et je me suis quand même venger !

- Je sais bien, mais malgré le coté humiliant, c'est une des rares fois où j'ai autant ressentis quelque chose, fut-il dégradant. Je crois bien, continua-t-elle en regardant le sol, que d'une certaine façon j'ai apprécié ça....

- AHAHAH, explosa de rire Asami après être resté quelques instants bouche bée. Tu es vraiment la femme la plus bizarre et la plus détestable que je connaisse !

Ryu rigola faiblement avec elle, un peu gêné. Mais elle reprit bien vite son visage et sa voix froide avec cependant un soupçon d'émotion.

- Je sais que c'est difficile mais il faudrait qu'on traverse la porte pour rencontrer et chatouiller la dernière personne, suggéra Ryu.

- Tu es folle, il est hors de question que je fasse subir ça à quelqu'un d'autre, fût-ce au prix de ma vie ! Répliqua Asami d'une voix forte.

En temps normal Ryu aurai répliqué que c'était un raisonnement absurde, mais son corps toujours tremblant de sa séance prit le pas sur sa raison. Elle se tut de nombreuses minutes plongée dans ses réflexions.

- Je pense que tu as raison, murmura-t-elle finalement, on ne devrait jamais faire subir ce genre de traitement à qui que ce soit, même avec sa vie en jeu.

Elle se leva alors et se rapprocha comme à contre-cœur d'Asami, stupéfaite que Ryu soit d'accord avec elle. Arrivée devant elle elle lui tendit la main, mais Asami couvrit ses aisselles avec ses mains par réflexe.

- Je ne suis pas comme toi, je ne pourrais jamais pardonner ce que tu m'as fait. Cracha Asami en regardant Ryu d'un air mauvais. Mais je dois bien reconnaître, commença Asami avec lenteur, que je me suis allégrement vengé, dit-elle en serrant lentement la main de Ryu.

Un fois debout les deux femmes tour à tour victimes et bourreaux se regardèrent en silence, toujours en se serrant la main. Ensemble elles se lâchèrent la main et ensemble elles se dirigèrent vers la porte, bien décidées à faire comprendre à leur sordide ravisseur que son jeu était terminé.

La porte s'ouvrit dans un grincement.
J'adore la réaction du "MJ" xD C'était bien trouvé !
Accès réservé aux ADULTES uniquement.
Déclarez-vous être majeur(e) ?