Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



Spiritisme chatouilleux

Bonjour à tout ! Alors, avec mes études, et, par extension, mes conditions de travail actuelles, j'ai été bien obligé de remarquer que continuer mes fictions serait bien plus compliqué cette année. Alors, vu que le dernier chapitre de Five nights at Ticklee's est très long (au point que je vais peut être les diviser en plusieurs chapitres, mais je les poserait quand même tous à la fois. C'est juste pour pouvoir mieux organiser le tout), je vous poste le début de ma nouvelle fiction. Et, histoire de me faire pardonner mon retard, je vais en produire une deuxième, celle basée sur Little nightmare. Mais je préviens direct, pour ceux qui attendraient la fin de Five nights, (avant qu'on me punisse par 10h de léchage de pieds :p ), la fin n'arrivera pas avant un bon moment, étant donné tout les trucs que je veux développer pour donner à cette histoire un maximum de cohérence. Enfin,sur ce, fini les pavés, place aux chatouilles ! Bonne lecture à tous !



Le fantôme aux cheveux longs



Mathilde est une jeune fille de 18 ans, relativement svelte, presque trop maigre, et à la peau très pâle. Elle a de très longs et épais cheveux châtains, très lisses, tombant jusque sous ses fesses. De plus, elle veille à toujours placer ses longs cheveux afin qu'ils cachent la moitié de son visage, lui faisant penser à The grudge. Mathilde est une jeune fille plutôt renfermée, passionnée d'histoires de fantômes, et de paranormal en général. Cependant, son caractère ne l'empêcha pas de se faire 2 amies fidèles: Clarisse et Lucie, qu'elle connait maintenant depuis 6 ans. Toutes les 3 partagent également un fétichisme bien particulier: les chatouilles. Les 3 amies se rencontrent d'ailleurs très souvent pour se livrer à des séances plus ou moins intenses, Lucie et Clarisse ayant même amenée à de rares occasions leurs camarades masculins pour les chatouiller toutes les 3 en même temps, et cela de divers manières. Plumes, brosses en tous genre, plumeaux, ongles, langues, cheveux; aucun ustensile ne semblait leur être inconnue, les 3 amies se partageant toujours leur savoir-faire entre elle, devenant au fur et à mesure, des expertes en matière de chatouilles. Cependant, Mathilde a d'autres ambitions que les chatouilles pures et simples. En effet, elle compte, grâce à ses nombreuses séances de spiritismes à son actif, et son expérience dans le paranormal, tenter de faire venir le spectre d'une fétichiste défeinte.

Nous sommes samedi, dans les environs de novembre, il est environ 18h, et dans la maison de Mathilde, s'était l'agitation, sauf pour la jeune fille, comme d'habitude. La petite sœur de Mathilde, Sandra, parlais, depuis la porte de sa chambre, à ses parents, à l'autre bout de la maison, dans le salon.

Mamaaaan ! T'as vu où est ma robe ?! Je la trouve pas !
-Comment je le saurais ?! Chéri ?! Tu sais où est passé la robe de Sandra ?! Je crois qu'elle l'a perdue !
-Pourquoi se serais moi le mieux placé pour répondre à ta question ?! J'ai déjà eu un mal fou à retrouver mes propres affaires !

Soudain, une voix grave, mais féminine, murmura quelque chose à l'oreille de Sandra.

C'est ça, la robe que tu cherche ?

Sandra se mit à hurler, avant de se rendre compte que c'était en fait sa grande sœur, Mathilde.

Mais arrête de me surprendre comme ça, Mathilde ! Je vais finir par faire une attaque !

Sa sœur lui répondit, comme à son habitude, de sa voix grave et monocorde.

Mais je suis là depuis le début. On dort dans la même chambre, je te signale.
-A-Ah oui, c'est vrai. En même temps, tu serais moins transparente, ça arriverais pas.

Mathilde jeta alors la robe de sa sœur sur son lit, et agrippa les côtes de Sandra par ses très long ongles, vernis de noir, et couvrit le visage de sa petite sœur avec ses longs cheveux châtains, avant de les agiter sur sa figure.

Pardon ? Moi, transparente ? Comment oses-tu dire ça à ta grande sœur ? Respecte tes aînés, petite ingrate. Et si tu continue à beugler comme ça, je te maudirais, et ferais venir un démon qui viendra toutes les nuits te chatouiller les pieds avec ses griffes.

A ses mots, Mathilde grattouilla les côtes de sa petite sœur, donnant l'impression que ses ongles étaient de longues griffes s'acharnant sur sa proie, tout en faisant glisser sa longue chevelure sur le visage, et le long du cou de Sandra.

Et il te grattera les pieds, te les grattera, te les grattera, encore , et encore, et encore.
-Arrêhihihihihite ! Désolééééhhéhéhéhé !
-Maîtresse.
-Quoiiiihahaha ?!
-Dit, je suis désolé, maîtresse.
-Jamaiiiis ! Va te faire voiihahahar !

Soudain, la mère déboula dans la chambre des deux sœurs.

Mathilde ! Arrête de retarder ta sœur ! Tu ne viens peut être pas en vacance chez ta tante, mais nous oui !

Mathilde continua son grattouillage, tout en répondant à sa mère.

-Qu'est-ce que j'aurais à y gagner, de toute façon ? Les parents sont des abrutis qui jurent que par le foot, et la fille, une petite pimbêche égocentrique, obsédée par les mecs et la télé-réalité.
-Eh bien ils restent ta famille ! Tu as vraiment de la chance d'avoir invité tes amies à passer la semaine ici avant qu'ils n'aient décidés de nous inviter. Ils ne nous invite quasiment jamais, en plus.
-Ouai, quel bonheur, tu trouves pas ?
-Non, justement ! Et pour la dernière fois, lâche ta sœur ! Elle doit se préparer, elle !
-Pff, ok.
Mathilde lâcha sa sœur, comme convenu, et réajusta sa chevelure, avant que sa mère ne revienne à la charge.

Tu t'es préparé pour tes amies, au moins ?
-Ouai, bien sûr.

Mathilde portait un survêtement de sport entièrement noir, et on voyait des pinceaux et des plumeaux de différentes sortes tomber du placard de sa chambre. La jeune fille fit mine de rien entendre, tandis que sa mère la jugeais du regard. Sandra se remit lentement de son fou rire, avant de "prendre la défense" de sa grande sœur.

Sérieux maman, lâche là un peu. Elle a quand même le droit de faire un truc marrant de temps en temps. Elle a déjà une chevelure que beaucoup de filles lui envie, vu le reste de son apparence, et une peau pâle, mais sans imperfection, et douce avec ça ! Elle est jolie, du moins à sa manière, et réussi ses études littéraires ! Laisse là tranquille, un peu.

Sa mère s'offusqua que Sandra prenne la défense de sa sœur plutôt que la sienne, avant de soupirer, et de dire une dernière fois a sa fille cadette de se dépêcher, avant de retourner dans le salon finaliser les préparatifs. Mathilde se tourna vers sa sœur.

Merci de l'avoir empêché de me faire la morale jusqu'au prochain siècle.
-De rien, mais ça fait que tu m'en dois une.
-Ouai, ouai, comme tu veux. Ah, au fait...
-Oui ?

Mathilde avança ses mains vers Sandra, avant commencer à les faire se faufiler sous son pull.

Quand tu as dit "Jolie à sa manière", tu disais ça dans quel sens ?
-Euh, euh...je dois y aller, sinon maman va encore nous faire la morale !

Sandra attrapa sa robe sous on bras, et fila à toute vitesse. Mathilde regarda alors sa famille finaliser les préparatifs avant de partir, un sourire au coin des lèvres. Mathilde avait beau le cacher relativement bien, mais derrière sa personnalité froide, associable et renfermée qu'elle montre aux inconnues, avec ses amis et sa famille, elle est une fille gentille, affectueuse, un brin couveuse et maternelle. Si elle adore se moquer de sa sœur, et la chatouiller pour un rien, c'est parce qu'elle montre qu'elle apprécie les gens à travers les chatouilles. Plus elle aura tendance à chatouiller quelqu'un, plus cela montrera son affection envers cette personne. Mathilde reparti alors dans sa chambre, et rangea ses ustensiles tombés du placard. Il faut bien dire que le placard de Mathilde est remplit d’ustensiles en tout genre. C'est d'ailleurs là qu'elle les stock tous.

Peu après que sa famille soit partie, Mathilde entendit sonner à la porte. Elle se dirigea alors vers l'entrée, et vit, devant la grille de chez elle, Clarisse et Lucie.
Clarisse est une fille plutôt petite et svelte, à la chevelure blonde, coupée au carré, et à la peau très légèrement bronzée. Lucie, elle, est la plus grande du groupe, mais est de corpulence tout à fait normale, et possède une longue et épaisse chevelure brune, allant jusqu'à sa taille, et dont son visage angélique est sublimé par une épaisse frange.Elles étaient toutes les deux habillée d'un jean, et d'un pull sous leurs blousons, à la différence que Clarisse portait un pull noir sous son blouson en cuir, et que Lucie portait un pull violet sous son blouson noir. Les 3 amies se saluèrent chaleureusement, avant que Mathilde ne les laisse entrer. Mathilde guida alors ses amies jusque dans sa chambre, et les laissa s'installer sur son lit, avant de se placer devant le lit, un plumeau dans les mains.

M: Alors, les filles, je vais faire simple. Vous savez que j'aime le spiritisme, non ?
C: Bah, euh, oui, on le sait très bien.
L: Pourquoi tu nous pose la question ?
M:Eh bien pour une raison toute simple: il existe des rituels de spiritisme capable de faire venir un esprit chatouilleur !

Clarisse et Lucie se regardèrent, songeuses.

C: Hum, sans vouloir paraître trop sèche, ça pue la rumeur idiote.
L: Pareil. Déjà que les fantômes, j'y crois pas trop, mais alors là, ça devient ridicule.
M: Rooh, ça va, on peut toujours essayer, non ? Qu'est-ce qu'on risque, en dehors de se sentir idiotes pendant 5 secondes dans une maison totalement vide ?

Les deux amies se regardèrent de nouveau, avant de soupirer.

L: De toute façon, quand tu es dans ce genre de délire, on t'arrête pas.
C: Pas faux. Eh puis, c'est vrai qu'on risque pas grand chose. C'est pas comme si quiconque risquais d'être au courant.

Mathilde regarda ses amies, un sourire aux lèvres.

M: Alors, c'est officiel, on se lance !

Mathilde expliqua alors à ses deux amies le fonctionnement du rituel: Il faut, tout d'abord, dessiner un pentagramme sur le sol de la chambre avec de la cire de bougie tout juste fondue. Après cela, au sommet de chaque branches du pentagramme, déposer un petit tas de plumes noires de n'importe quel oiseau: merle, corbeau, tant que les plumes sont naturellement noires. Ensuite, déposer un cheveu de chaque personne présentes dans la pièce au centre du pentagramme. Enfin, il faut plonger la pièce dans le noir le plus complet possible, retirant toutes sources de lumières, en dehors de bougies, que Mathilde déposa un peu partout dans la pièce.
Il était à présent 20h, et les 3 amies étaient maintenant dans des circonstances optimales pour débuter, mais Clarisse et Lucie ne se sentaient pas réellement à l'aise, la nuit approchant, Mathilde rassura ses amies, leur disant que l'heure importait peu, du moment que la pièce est sombre.

L: Alors, on peut faire ça demain ? Je suis pas rassurée de faire ce genre de trucs quand la nuit commence à tomber. Imagine que ça tourne mal.
M: Mais oui, t'en fais pas. On a tout notre temps, demain. On va aller dormir dans la chambre de ma soeur, et laisser tout ça comme ça.
C: M-Moi, je suis pour.

Le petit groupe partirent dîner, avant de partir se coucher dans la chambre de Sandra. Le lendemain, les 3 demoiselles étaient prêtes à toutes les circonstances, et Lucie et Clarisse étaient maintenant plus assurées, sachant qu'il n'était que 10h du matin, et que le soleil était bien haut dehors, caché par les volets de la chambre de Mathilde. Une fois les 3 amies dans la chambre, Mathilde ferma la porte, et afficha un sourire sadique.

M: Bien. Maintenant, la dernière étape.
L: Quoi ? Il reste une étape ?
M: Oh, mais oui, et pas des moindre...un sacrifice !
C: Hein ?! Mais c'est quoi ce délire ?! Hors de question !
M: ça va, on va juste chatouiller une de nous trois pour attirer le spectre.

Les deux amies de Mathilde furent rassurées sur la méthode du "sacrifice", avant de voir Mathilde lever la main en l'air.

M: Pas moi ! Je supervise le rituel.

Lucie se mit alors à zieuter Clarisse, avant de se jeter sur elle, accompagnée de Mathilde. Les deux amies placèrent Clarisse au milieu du pentagramme, lui retirèrent ses vêtements, la laissant en sous-vêtements, et commencèrent le fameux rituel. Mathilde coinça les bras de Clarisse sous ses jambes, et lui chatouilla les aisselles avec deux mèches de cheveux, pendant que le reste de la chevelure lui titillait le cou, Mathilde donnant volontairement à sa chevelure un effet de balancier. Pendant ce temps, Lucie grattait les pieds de Clarisse avec ses ongles, tout en chatouillant son ventre avec ses cheveux. Clarisse était maintenant prise dans une spirale de torture impitoyable, hurlant, pleurant, insultant ses tortionnaires, tout en essayant vainement de se libérer en se tortillant dans tout les sens. Après quelques minutes de cette torture, Mathilde se munie d'un pinceau enduit de peinture pourpre.

M: Maintenant, les choses sérieuses peuvent commencer.
C: NAN ! NAN ! STOOOHAHAHAHAP ! JE VAIS MOUHHAHAHHARIIIIIHIHIHIR !

Malgré les suppliques de leur amie, les deux bourreaux continuaient leur oeuvre, pendant que Mathilde dessinait un autre pentagramme sur le ventre de Clarisse, avec le nombril au centre du dessin. Une fois le dessin tracé, Mathilde le pointa du doigt.

M: Lucie, colle ta bouche dessus, et souffle aussi fort et aussi longtemps que tu peux.
L: C'est comme si c'était fait !
C: PAS çAAAHAHA ! PAHAAHAHAHAHAS çAAA ! PAS LES GUILIIIHIHIHIS COMME çAAAAHAHHAA !

Malgré les supplications de Clarisse, pendant que Mathilde récitait d'étranges phrases incompréhensibles, Lucie prit une grande inspiration, avant de coller sa bouche contre le nombril de son amie, et souffla dessus un grand coup, pendant au moins 10 bonnes secondes. Le cri de Clarisse fut tel, que ses deux bourreaux peinaient à ne pas se boucher les oreilles.

C: AAAAAAHAHAHAHAAAAAAAAAAA ! J'VOUS HAIIIIIIIIIIS !

A la fin du rire de Clarisse, Lucie finit par décoller sa bouche, le sourie aux lèvres.

L: C'était bien ?

Mathilde récita ensuite deux dernières de ces phrases incompréhensibles, puis, soudain, le pentagramme dessiné sur le ventre de Clarisse se mit à produire spontanément la peinture dont il était fait, et se mit à couler sur l'intégralité du ventre de la suppliciée. Après avoir tapissé entièrement le ventre de Clarisse, ce qui ressemblait à un portail noir se créa petit à petit sur son ventre, à l'endroit du pentagramme, Les deux bourreaux lâchèrent prise, puis se reculèrent de leur amie, qui semblait toujours subir des chatouilles, et riait de façon incontrôlable, tout en se tortillant dans tous les sens. Ensuite, ce fut une colonne de cheveux noires qui sortirent de l'étrange portail, jusqu'à grimper au plafond, et tapisser ce dernier, jusqu'à également tapisser les murs de la pièce, allant jusqu'à bloquer la porte de la chambre.
Pendant ce temps, Clarisse, elle, était encore prise de convulsions de rires lorsque l'étrange chevelure continua de sortir de son portail ventral, finissant par créer une sorte de sphère de cheveux ébène. Ce ne fut qu'après que la sphère capillaire mesure environ un 50 centimètres de diamètre, que cette dernière n'implose violemment, projetant Mathilde et Lucie au sol, et libérant une jeune fille semblant ne pas dépasser la quinzaine d'années, à la peau extrêmement blanche, et aux yeux entièrement noirs, habillée d'une longue robe blanche, sur laquelle était dessiné des dizaines de visages plus vrai que nature, semblant pleurer de rire. Les deux amies remarquèrent ensuite que la chevelure de la jeune fille était excessivement longue. En effet, la jeune fille flottait dans les airs, à un mètre du sol, et sa chevelure arrivait tout de même à traîner sur le parquet.
Après l'arrivée de l'étrange jeune fille, Clarisse avait fini par s'évanouir, sous le coup des chatouilles trop intenses. La petite fantôme observa les alentours, sous le regard tétanisé de Mathilde et Clarisse, avant de parler, d'une voix douce et enfantine.

?: Est-ce, vous, qui m'avez invoqué ?
M: O-O-Oui....pourquoi ?
?: Eh bien, je vous remercie. Cela fait des siècles que je voulais être libre comme l'air, libre de chatouiller qui je souhaite. Oh, où son mes manières.

La jeune spectre fit une légère révérence, tout en restant dans les airs.

Mon nom est Lilina Koochikooria, c'est un plaisir de vous rencontrer. Puissent les chatouilles vous faire rire aux larmes.
Bonjour la subtilité avec faire venir le spectre d'une fétichiste défeinte.
Au moins on sait déjà comment ça va se finir xD

Mais sinon cette première partie était bien trouvé ;) j'ai bien aimé le rituel avec le pentagramme qui prenait tout la chambre et le rituel bien sûr.

Hâte de lire la suite :)
Oui c'est vrai que l'histoire est génial perso j'ai adorer la 1ere partie de l'histoire et j'ai hâte de lire la suite. Ah et je me demande si il y aura un retournement de situation à la fin genre les 3 amies qui chatouille le fantôme ptdr
Mouais ça reste un esprit quand même ^^' faut pas trop abuser non plus
Mdr c une histoire fictive tout est possible ^^ dans certaines histoires on parle bien de chasseur de fantôme alors que sa existe pas enfin pas les chasseur de fantômes comme ghost buster mdr donc pourquoi pas faire un truc ou il y aurai possibilité de la chatouiller en retour sa serai cool et sa sortirai de l'ordinaire moi j'aimerai bien lol perso
De plus y a des trucs qui peuvent être crédibles y en a qui ont l'air de dire que des fantômes esprit etc sa peu se faire piéger ou je sais plus quoi en mettant certaines choses dans des endroits de la pièce ou y a le fantôme comme des bougie ou sel ou je sais plus quoi d'autre et que l'esprit pourrai se retrouver coincer alors voilà sa peu être faisable de coincer le fantôme le piéger et lui torturer les pieds mdr c pas impossible et se serai vraiment cool à voir un retournement de situation comme ça que les 3 filles se retourne contre la gamine fantôme et lui chatouilles les pieds etc
Oui effectivement, c'est possible, je m'y connais et je m'y intéresse pas du tout. Chacun pourra penser ce qu'il voudra ;)

Mais au final, c'est l'auteur qui décidera ce qu'il fera ^^
Enfin ! Enfin un peu de temps et de motivation pour écrire cette suite ! Alors, je préviens, c'est le dernier chapitre. A la base, je ne voulais en faire qu'un seul mais je déteste faire des chapitres qui traînent vraiment trop en longueur, donnant plus l'impression de lire un livre entier, plutôt qu'un chapitre. Je préfère largement tout diviser en petits chapitres, c'est largement plus pratique (et ça me permet de couper plus facilement l'intrigue à des moments clé pour vous faire attendre la suite avec plus d'impatience ^^. Oui, je suis sadique par moment :) ). Sur ce, bonne lecture à tous ! La prochaine histoire, Little nightmare, devrait arriver sous peu (Enfin, je crois, et j'espère en tout cas).

La punition


Tandis que Clarisse était toujours inconsciente, les deux amies échangèrent un regard inquiet. La petite fantôme avait beau avoir une voix très douce, son apparence leur semblait largement plus inquiétante, d'autant plus que la petite fille fixait les pieds des deux jeunes filles à intervalles réguliers en se léchant les lèvres. Après quelques secondes d'un silence qui devenait de plus en plus pesant, Mathilde observait toujours les réactions de la fantôme. La petite fille qui flottait toujours tranquillement dans les airs entre Mathilde et Lucie, avant de se rapprocher doucement ses orteils du ventre de Clarisse, et de les faire frôler ce dernier en souriant, tout en faisant étrangement attention de ne pas approcher ses orteils du pentagramme.

Guili guili guiliiii. Alleer, il faut se réveilleeer.

Lilina ne remarqua immédiatement que Clarisse était évanouie, et se coucha donc sur le ventre de la jeune fille. Puis, la petite fantôme plaça son visage face au ventre de la jeune fille, prit une grande inspiration, avant de coller sa bouche sur le ventre de Clarisse, soufflant un grand cou. Lilina resta figée un petit moment, consternée par le manque de réaction de sa victime, avant de s'envoler à nouveau, et d'observer les deux amies de sa victime.

Eh bien, il me semble que le rituel l'ai totalement épuisé. Quel dommage. J'aurais apprécié obtenir son ressenti sur le rituel. Il date de si longtemps. A cette époque, peu de personnes étaient chatouilleuses, et encore moins y étaient très sensibles. Et oui, mesdames, à cette époque....

Pendant que Lilina continuait son monologue, Mathilde tourna furtivement la tête, vérifiant que la porte était toujours inaccessible. Malheureusement, la porte était toujours condamnée par l'étrange chevelure qui tapissait également les murs de la pièces, y compris les fenêtres. Cependant, Mathilde, au moment de fixer de nouveau Lilina, la jeune fille s'arrêta net, voyant le visage de la petite fantôme devant le sien. Prise de surprise, Mathilde fit un bon en arrière, avant que Lilina ne se rapproche d'elle, pour finalement se coller contre elle, la fixant à moins de 10 centimètres de son visage, plongeant ses yeux noirs dans les yeux paniqués de Mathilde.

K: Qu'avez-vous ressenti pendant le rituel ?
M: Q-Q-Quoi ?
K: Qu'avez-vous ressenti pendant cette séance de chatouilles, voyons. De la joie ?
M: Non, enfin...
K: Du sadisme ?
M: Euh, non, je...
K: Une forme de plaisir sexuel ?!
M: Non !
K: Oh...je suis déçue...

Lilina tourna le dos à Mathilde, faisant voler, par la même occasion, sa longue chevelure dans le visage de la jeune fille d'un revers de la main, et de se diriger vers Lucie en flottant, et de se coller également contre elle.

K: Et vous, jeune fille ? Qu'avez-vous ressenti à ce moment là ? Avez-vous senti en vous l'une des choses que j'ai énoncé à votre camarade de séance ?
L: Euh, eh ben, comment dire...C'était, plutôt amusant, oui...mais...

Lilina observa son interlocutrice avec un regard dédaigneux, avant de faire de même qu'avec Mathilde, lui envoyant sa chevelure au visage d'un revers de la main. La petite fantôme s'envola alors de nouveau dans la pièce en flottant mollement dans les airs.

K: Pfff, moi qui pensais avoir trouver les perles rares. Des personnes avec qui profiter pleinement des petits plaisirs des chatouilles. Des personnes dont je pourrait posséder le corps pour se livrer à des séances d'intensités variables, mais dont le plaisir ne diminuerais jamais...
L/K: Euh...Pardon ?

Le visage de Lilina s'illumina d'un sourire sadique, tandis que sa bouche se mit à se déformer, puis s'élargir, son sourire arrivant à hauteur de ses yeux, et que ses dents s'allongèrent, donnant une mâchoire difforme remplie de longues dents crochues. Par la même occasion, ses petites mains délicates se transformèrent en longues mains griffues, dévoilant ainsi la véritable apparence de celle qui avait l'air plus tôt d'une petite fille à l'air innocent.

K: Voyez-vous, pour que mon corps ne disparaisse pas, je dois me nourrir du rire de mes victimes. Alors, oui...je vais vous chatouiller jusqu'à l'épuisement. Et lorsque vous pourrez à peine bouger, je m'emparerais de l'un de vos corps, et je prendrais votre place dans ce monde, et je pourrais vivre, et chatouiller....POUR L'ÉTERNITÉ !!!

Tandis que la folle tirade de Lilina se termina par un rire dément de cette dernière, la chevelure de la fantôme s'anima, donnant naissance à une multitude de tentacules capillaires qui immobilisèrent les bras et les jambes des deux amies en les maintenant écartés en X.

K: A présent, que le véritable rituel commence !

Et ce fut dans un nouvel éclat de rire que Lilina fit balancer le reste de sa chevelure dans les airs, faisant déferler un torrent de cheveux ébène, épais et lisse, sur Mathilde et Lucie, s'infiltrant sous leurs vêtements. L'effet fut alors immédiat. Face à tant de mèches de cheveux, glissant savamment sur chaque centimètre de leur peau, les deux amies éclatèrent de rire à la seconde où le torrent entra en contact avec leur peau. Mathilde et Lucie se mirent immédiatement à se tortiller dans tous les sens, mais furent retenues par les tentacules capillaires qui les entravaient, rendant les caresses absolument irrésistibles. Pendant que les deux filles riaient à n'en plus finir, Lilina tira leurs pieds vers elle, se léchant les lèvres avec sa longue langue pointue.

K: Hmm, quel festin. BON APPÉTIT !!

La petite fantôme arracha alors les chaussettes des pieds des filles, puis déroula sa langue visqueuse sur les pieds à présent nus de ses victimes, prenant soin d'alterner entre léchouilles et mordillage plus ou moins vigoureux, noyant ses victimes dans un flot ininterrompu de rires incontrôlables.
Ce ne fut qu'après 10 longues minutes de cette affreuse séance, que Clarisse finit par ouvrir les yeux, au grand bonheur du bourreaux fantomatique, qui se rua sur sa nouvelle proie sans hésiter, libérant immédiatement ses deux dernières victimes, qui s'écroulèrent au sol. Dans sa course, la voix de la petite fantôme s'était transformée en une voix rauque et irrégulière, dont la féminité s'entendait à peine.

K: TOI ! TU ES A MOIII !

Surprise, Clarisse se mit à hurler à plein poumons d'une voix suraiguë, bloquant la fantôme dans son élan.

K: AAAAAH ! POUR L'AMOUR DES KOOCHIKOORIA ! MES OREIIIIILES !!

Soudain, Lilina, tout en se couvrant les oreilles avec ses mains, reprit immédiatement sa première forme, puis tomba de sa hauteur, avant de s'arrêter à quelques centimètres du pentagramme ventral de Clarisse en faisant un grand écart dans les airs. Lilina était à présent toujours dans les airs, mais faisant le grand écart juste au dessus du ventre de Clarisse, évitant toujours étrangement de toucher le pentagramme. Observant la scène quelque peu réductrice pour leur bourreaux, Mathilde et Lucie se mirent à 4 pattes tant bien que mal, et s'agrippèrent aux pieds flottant de Lilina, avant de se mettre à les grattouiller vigoureusement, sous les yeux de la petite fantôme, incapable de bouger, étant fermement retenue par les chevilles, et Clarisse, qui observait la scène avec incompréhension.

M: Tu vas nous le payer, ma petite. On va te punir comme on sait le faire ! Guiiili guili guili guili !
L: Tu vas nous supplier de mettre fin à tes souffrance ! Guili guili guili guiliiii !
K: Hiiiihihi ! Nooon ! Arrêteeerhihihihiii !
M: Clarisse, aide-nous ! Chatouille-lui le ventre, les côtes, les aisselles, tout ce que tu veux, mais chatouille-là !
C: Attend, j'y comprend rien, là !
M: Fais ce que je te dit !

Clarisse, bien que ne comprenant que très peu la situation, s'exécuta, et se mit à chatouiller le ventre de Lilina du bout des ongles, faisant se tortiller cette dernière.

K: Nooon ! Par pitiihihiiié ! J'suis désoléééhéhéhé !
M: Je le savais ! C'est ce qu'il y avait d'écrit dans le livre ! Plus elle est proche du pentagramme, plus elle perd ses pouvoirs, et moins elle est capable de bouger !
K: AAAAHAHAHAHAAAA ! VA AU DIAAAAHAHABLE !
M: Ouuuh, méchante fille ! Il est grand temps de te punir une bonne fois pour toute. Les filles, vous pensez à ce que je pense ?
L/C: Oh que oui !
M: Alors, à la une...à la deux...
K: Non! Attendez ! Attend...
M: A LA TROIS !

Les trois jeune filles collèrent leur bouche sur les pieds et le ventre de Lilina, et utilisèrent tout leur souffle disponible pour souffler aussi fort et aussi longtemps que possible sur ses parties chatouilleuses. Le résultat fut magistral. Lilina éclata de rire, dans un mélange de rires et de sanglots, avant de tomber à la renverse sur le pentagramme. Seulement, à peine Lilina fut en contact avec le dessin, que cette dernière fut littéralement aspiré, elle et toute la chevelure présente dans la pièce, dans le nombril de Clarisse, et disparut dans un dernier éclat de rire noyé dans des larmes.
Pendant un bref instant, un silence se fit dans la pièce, avant que les 3 amies ne sautent de joie en voyant enfin que cette petite fantôme ne pourrait plus jamais les chatouiller. Les 3 jeunes filles se relevèrent lentement, avant de quitter la pièce aussi vite que possible. Cependant, Clarisse, elle, juste après s'être relevée, senti une foule incroyable d’attouchements sur tout son corps un bref instant, avant de cesser.
Après une nuit difficile, Clarisse se recoiffait dans la salle de bain, plutôt perturbée de sa nuit. En effet, toute la nuit, elle n'avait rêvé que de chatouille, procurée par une enfant à la longue chevelure brune. De plus, deux mèches de sa chevelure, bordant ses joues, avaient poussées pendant la nuit, et étaient deux fois plus longues et épaisses que le reste de sa chevelure. Clarisse se regardait dans la glace, avant de se saisir d'une paire de ciseau, et de tailler ses deux nouvelles mèches à hauteur du reste de ses cheveux. Seulement, à peine coupées, les deux mèches repoussèrent immédiatement, et le visage de Clarisse reflété dans le miroir affichait un sourire identique à celui de Lilina dans sa deuxième forme. Clarisse, terrifiée, regardait son reflet qui se rapprochait d'elle à travers le miroir, avant de se coller à la surface du miroir.

?: Chatouille-les...chatouille-les encore....et encore...et encore !
C:....Non.

Clarisse tourna alors les talons, avant de regarder une dernière fois son reflet depuis la sortie de la salle de bains, qui la regardait, totalement muette de surprise. Clarisse passa ensuite sa mains dans ses longues mèches, qui s'allongèrent encore de quelques centimètres, avant de sourire à son reflet, son œil droit affichant l'espace d'une seconde un œil gauche complètement noir.

C: Pas tant que je ne l'aurais pas décidé.

Le reflet de clarisse afficha lui aussi un large sourire, avant de disparaître, montrant à présent le reflet on ne peut plus normal de Clarisse. La jeune fille continua alors sa marche vers le salon, où se trouvait ses amies. Mathilde posa ensuite son regard sur l'étrange chevelure de Clarisse.

M: Tiens, tu t'es fait des extensions ?
C: Oui. Je trouve, que ça me donne un style.

Depuis ce jour, toute les nuits, de jeunes élèves disparaissent mystérieusement, avant de réapparaître dans leur lit en un clin d’œil, comme par magie, en prétendant avoir simplement passé une séance nocturne avec la "bourreaux aux cheveux d'or".
Pas mal le final ;)
Franchement, l'histoire est vraiment géniale, j'ai vraiment adoré, c'est juste dommage que les scènes de chatouilles était un peu trop abrégé, ça je durait vraiment pas longtemps je trouve :/ c comme quand elles ont sauter sur la fantôme pour se venger s'était bien mais s'était trop rapide, trop vite réglé. :/ sa aurai pu être cool qu'elles se venge plus longtemps en la faisant souffrir comme il se doit ou même que lilina les torture plus longtemps avant. Sinon a par ça elle était géniale l'histoire ^^
Magnifique histoire vraiment sur un thème original !
Bravo et merci pour ce bon moment !
Accès réservé aux ADULTES uniquement.
Déclarez-vous être majeur(e) ?