Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



Five night at Ticklee's

Five nights at ticklee's


Bonjour à tous...alors, comment dire....je me suis un peu planté dans le résumé de l'histoire quand j'en ai fait part dans mon sondage (boum ! Entrée en beauté XD). En fait, j'ai surtout oublié de donner un détail qui pour moi, est quand même assez important: notre chère Maeva est une salarié, fraichement admise en tant que veilleuse de nuit. Voilà, c'était juste ça qu'il manquais, mais vu que je suis un peu perfectionniste sur certains points, ça m'a un peu gêné de ne pas l'avoir écrit avant. Sur ce, pardonnez-moi cette petite erreur, et bonne lecture à tous ! Oh, et les chapitres risquent d'être un peu plus court que dans ma première histoire.

Voici ma nouvelle fiction, inspirée, comme vous l'aurez deviné, de five nights at freddy's. Je préviens, cette histoire sera un peu plus gaie que celles que je fai d'habitude. Elle sera plus dans les chatouilles sadiques, que juste dans des chatouilles incessantes. Sur ce, bonne lecture à vous !

Son nom est Maeva, 19 ans. Elle mesure dans les 1 mètre 70, est très svelte, à la peau bronzée, ainsi qu'une très longue chevelure châtains très ondulée, s'arrêtant en bas de ses hanches. Elle vit en appartement depuis bientôt 4 mois, et l'ennuie la guette déjà. Elle faisait tout pour palier à cet ennuie, qui était pour elle la pire des torture. Cependant, lorsqu'elle cherchait un éventuel travail où elle pourrait enfin briser son éternel ennuie sur internet, une pub arriva en trombe sur son écran, et attira son attention. C'était un travail de nuit dans une pizzeria disant : "Cherche jeune femme en tant que veilleuse de nuit". Maeva ne fit pas attention au fait qu'elle ne connaissait absolument pas la dite pizzeria, alors qu'elle était présente à moins d'1 km de chez elle, ni de l'étrange annonce qui n'acceptait que des "jeunes femmes". Lorsqu'elle arriva sur place, elle vit une enseigne classique pour une pizzeria. C'était une enseigne lumineuse, faite de néons rouge, et clignotant toute les secondes, sur laquelle était écrit "Ticklee's". L'enseigne intrigua la jeune femme.

"Ticklee's...chez Ticklee ? Ça sonne...bizarrement."

Elle ne se posa pas plus de question, et entra alors dans la pizzeria. Une fois à l'intérieur, Maeva se rendit compte que l'intérieur n'était absolument pas comme elle l'aurait pensé. La salle principale était vide, et cela dit, très grande, ouvrant sur plusieurs couloirs, menant sans doute à d'autres salle. Cependant, le sol était en parquet vieillit, et grinçant à chaques pas, et le mobilier, principalement blanc et rouge, n'avait pas non plus fière allure. L'éclairage, fait de lampes uniques pendant au plafond, n'était pas non plus de première jeunesse, clignotant comme si chaque lampe pouvait rendre l'âme d'une seconde à l'autre, et donnait un éclairage assez faible, laissant des zones d'ombres entre chaque lampe. Quelques minutes après être rentrée, Maeva entendit des bruit de pas se dirigeant vers elle. Cependant, ce n'était pas des bruits de chaussures, mais de pieds...des pieds nus. Le coeur de Maeva commençait à battre de plus en plus fort à chaque pas qu'elle entendait, mais quelque chose lui semblait étrange dans ses bruits de pas. Ce n'était des bruits de pas humains.

Au moment où les bruits de pas se faisaient très proche, Maeva s'attendait au pire, mais vit sortir de l'ombre du couloir juste à droite de l'entrée, une sorte d'animatronique relativement maigre, rayé de noir et de blanc, possédant seulement 3 longs doigts crochus à chacune de ses deux mains, et arborant un masque de pierrot. L'étrange machine marchait tranquillement jusqu'à arriver devant Maeva, et pris une voix féminine, irrégulière et déformée.

"Bonjour mademoiselle. Seriez-vous cette Maeva qui a prit rendez-vous il y a quelques jours ?"
-"Ou-oui...c'est moi."
-"Parfait. Mon nom est Puppet. Je suis chargée de m'entretenir avec vous dans un bureau prévue à cet effet avant que vous ne preniez vos fonctions. Alors, si vous voulez bien me suivre..."

L'animatronique passa devant Maeva, mais ses longs doigts effleurèrent les côtes de la jeunne femme, la faisant frisonner, et, d'un sursaut, se déplacer vers la gauche. Puppet se retourna, et pris une voix surprise.

"Un problème ?"
-"N-Non, rien du tout."
-"Bien, alors continuons."

Maeva continua alors de suivre cette "Puppet", jusqu'au dit bureau. Pendant ce temps, les questions se busculaient dans sa tête.

"Il a des réactions drôlement réelles pour un robot. Mais c'est quoi comme animatronique, au juste ? Eh puis, il vient de me chatouiller, à l'instant ? J'ai bien sentit qu'il m'a pas juste effleuré. Il a gratté mes côtes; et fait mine de les effleurer, j'en suis sûre. Et pourquoi il n'y a personne ? Il est 20h passé, et pas un chat. C'est quoi cet endroit ? C'est hyper lugubre !"

Après plusieurs minutes à vagabonder dans les différentes salles et couloirs, faisant penser que cette pizzeria, si petite depuis l'extérieur, était au moins dix fois plus grande à l'intérieur, Maeva et Puppet arrivèrent devant une porte en bois, sur laquelle il était écrit: salle d'embauche. Maeva fut surprise en voyant le nom de la salle.

"Salle...d'embauche ? Sérieux, ça existe ?"

Cependant, son questionnement fut stoppé par les mains baladeuses de Puppet, qui s'agrippèrent à ses côtes, et les grattèrent à nouveau, tout en la poussant doucement vers l'intérieur du bureau.
"Aller, entrez, je vous prie. Ne soyez pas timide."

L'intérieur de la salle était semblable à un bureau lambda, comme si un humain y était à charge. Seulement, Puppet s'assied sur le siège derrière le bureau, et fouilla les dossier présents dans les tirroirs comme si elle était habituée à cet endroit. La réflexion de Maeva fut à nouveau interromput pas l'animatronique, qui l'invita à s'assoir d'une manière très polie et respectueuse. L'entretien se fit comme si la jeune femme parlait à un être humain. Puppet lui posait des questions sur ses anciens emplois, sur sa situation, plaisantait, comme si cette "Puppet" était plus qu'un simple amalgamme de circuits électriques arborant un masque souriant. Après une bonne demi-heure, Puppet invita Maeva à sortir de la salle, et à prendre ses fonctions dans le "local de surveillance". L'animatronique lui indiqua l'emplacement du local, et la rassura une dernière fois, posant sa main étonnament chaude sur son épaule, et lui disant qu'elle se trouverait à l'acceuil, à l'entrée de la pizzeria, si elle avait besoin d'une aide quelconque. Maeva rougit légèrement à cette petite attention, et la remercia, avant de voir Puppet disparaître dans l'obscurité du couloir menant à l'entrée de l'établissement.

Bon, à la base, j'avais prévue de continuer, mais avec l'orage qu'il y a eu chez moi, j'ai pas pu, et je voulais vraiment poster cette nouvelle histoire ce week-end. Alors désolé, mais je vais continuer ça demain, et mettre cette suite, qui n'est pas une suite XD, aussi vite que possible. Encore désolé pour ce retard.
Ça commence de manière originale et assez sympathique. Vivement la suite! Au fait vers la fin tu as écris 2 fois "la pizzeria"
A part ça rien à redire
Merci Neotk ^^. J'ai pas eu le temps de me relire, vu que j'ai dû le poster à la va vite. Mais merci de m'avoir prévenu ^^
Un début original, car si c'est tiré de quelque part, je ne connais pas, et c'est sympa comme intrigue
Ne change rien, c'est super, ni trop rapide ni trop mou, au poil :D
Jeune~Chatouilleur a écrit :
mar. 12/06/2018, 14:58:20
Ne change rien, c'est super, ni trop rapide ni trop mou, au poil :D
T'es du genre à aimer le robotisé toi? :lol:
Non mais j'aime bien l'ambiance qu'il a réussi à créer, l'histoire ne stagne pas mais elle avance pas trop vite non plus, c'est bien décris et ça commence pas direct par des chatouilles.

Voilà ça donne envie d'avoir la suite.
Bon, voilà ENFIN, après plusieurs jours de galère, et de temps pourrie qui m'a empêché de recharger mon pc pour continuer cette histoire, enfin le premier chapitre ! Je sais pas si j'ai bien pris le temps de tout détailler, du coup, mais je compte sur vous pour donner votre avis. Petite infos, cette histoire risque d'être plutôt longue, étant donné que je vais marcher comme le jeu, à faire un chapitre par nuit, et donc par extension, Maeva fera la rencontre de tous les antagonistes propres à chaque nuit, en un seul chapitre, et dieu seul sait qu'il y a BEAUCOUP d'animatroniques dans ce jeu. Mais bon, si ils me plaisent pas tous j'en créerais moi-même, bien que j'ai modifié un peu les antagonistes principaux pour qu'ils puissent chatouiller Maeva le plus facilement. Bon, par contre, niveau texte aéré, j'apprend encore hein XD. Sur ce, bonne lecture !"


Chapitre I: 1ère nuit




Une fois arrivée devant le local, Maeva se rendit compte de son comportement à l'égard de Puppet.

"mais qu'est-ce qui m'a prit de lui parler comme ça ? C'est juste une machine !"

La jeune femme n'y pensa plus, et entra dans le local. La pièce se trouvait au fond de l'établissement. La jeune femme entra, et vit une pièce assez petite, et peu entretenue, entourée de murs de couleur gris clair.

"Au moins, les murs sont propres..."

Maeva, par souci de perfectionnisme, se mit immédiatement à nettoyer son nouvel espace de travail. Elle commença par replier et ranger les uniformes de veilleurs de nuit traînant par terre dans des casiers au fond de la pièce. Ensuite, elle se saisit du balai présent juste à côté des casiers, et nettoya le sol tapissé de vieux morceaux de pizza et de coupure de journaux.

"Sérieux, c'était un porc, l'employé avant moi ?!"

Enfin, Maeva vit, sur une petite chaise à roulettes, seule chaise de la pièce, une veste blanche à bandes rouge, ainsi qu'un pantalon de même motifs, posés, et parfaitement pliés sur le dossier de la chaise. Il y avait également un petit mot sur les vêtements. Il était écrit, sur un post-it:
"Pour Maeva. Bienvenue.
Mangle"

Maeva sourit à la lecture de ce petit mot, puis prit un temps pour réfléchir au nom présent sur ce mot.

"Mangle ? Qui c'est ? Bon, surement un employé."

Maeva enfila donc sa tenue, et avait même remarqué la présence d'un badge à son nom, présent sur le côté gauche de la veste.

"Wow. Ils ont fait vite, pour me trouver un badge."

Enfin, la jeune femme s'assied sur sa chaise, et était maintenant face à une multitude d'écrans d'ordinateurs, montrant chaque recoins de la pizzeria. Cependant, elle remarqua un petit carnet rouge et noir sur le bureau, devant le mur d'écrans.

"Tiens, c'est quoi ? Voyons, qu'est-ce que ça dit..."A lire... avant le début de la nuit" ? "

C'était le message qui était écrit sur la première page du carnet. Sur la deuxième page, il était écrit: "à 22h précise, tous les animatroniques présents dans la pizzeria deviendront de monstrueuses machines à chatouilles. VOUS VOILA PREVENUE !"

La dernière phrase était écrite d'une police d'écriture bien différente des autres, irrégulière et peu soignée. Maeva rigola après la lecture de cette page.

"Des machines à chatouilles ? Ça me dérange pas. Moi, j'aime bien."

Elle tourna alors la page, et vit une image d'animatronique ressemblant à un ours, ainsi que des notes sur la page d'à côté. Cett quatrième page avait également un titre:
"Freddy: Animatronique ours"
Après le titre, Maeva commença à lire les notes présentes en-dessous.
"-Animatronique assez imposant, l'un des plus imposant.
-Taille: 2 mètres 10
-Livreur de pizza dans tout l'établissement, jusqu'à 22h
-Après 22h, chatouille pricipalement:
-avec ses mains
-avec sa langue
-Prendre garde à sa langue: chatouille très efficacement
-Pour le faire fuir: le chatouiller sur le ventre.
-Pour le faire rester: lui chatouiller les côtes"

Maeva commençait à trouver ce carnet de plus en plus étrange dans ses propos.

"Ok, là, ça deviens vraiment du délire."

Soudain, une sonnerie retentit dans le local, faisant sursauter Maeva. Elle provenait du téléphone fixe, situé juste à droite des ordinateur. La jeunne femme saisit le téléphone, tremblant légèrement.

"Ou-Oui ?"

Puis, une voix familière se fit entendre. La voix de Puppet.

"Oui ? Maeva ? Tout se passe bien ? Tu trouve tes marques ?"
-"Oh, euh, oui, oui, tout va bien. J'ai mit un peu de temps pour nettoyer le local, mais tout va bien, maintenant."
-"Tu m'en vois ravie. Tu souhaites que je t'envoie quelque chose à grignoter ? Une petite pizza ? Ça T'aidera à rester éveillée pour la nuit."
-"Oui, j'aimerais bien. Merci beaucoup."
-"Oh, mais ne t'en fais pas, ça me fais plaisir. Freddy la prépare, et viendra te la donner."

Maeva resta bloqué un instant au nom de "Freddy".

"Euh, oui, d'accord. Merci encore."
-"Mais de rien, je t'en prie. Aller, à plus tard. Et n'hésite pas à m'appeler si tu as besoin de quoi que ce soit."
-"D'accord, merci."

Puppet racrocha quelques secondes plus tard. Maeva, sous le coup du stress, jouait avec ses longues mèches de cheveux, sans pour autant s'arrêter de lire. Il restait encore quelques lignes pour les notes concernant ce "Freddy".
"-Ustencile le plus efficace: plumeau
-Zone qu'il préfère chatouiller: Ventre, pieds"

Etant très chatouilleuse au niveau des pieds, Maeva sentait déjà des picottements dans ces derniers, à l'idée de sentir les doigts d'un animatronique les ttiller. Mais un mot avait attiré son attention: "Ustencile".

"Des ustenciles ? On a des ustenciles, ici ? Mais qu'est-ce que ça veut dire ?"

La jeune femme fouilla alors dans les tirroirs de son bureau, et trouva une ceinture, sur laquelle on pouvait attacher quelques objets. Maeva l'enfila, et continua ses recherches. Au fond des tirroirs, elle avait trouvé plusieurs choses: le plumeau évoqué précédemment, un pinceau à maquillage trois fois plus gros que ceux dont elle avait l'habitude, des gants en soie noir, ainsi qu'un autre post-it. Maeva attacha chacun des "ustenciles" à sa ceinture trouvée précédemment, et lu le nouveau post-it.
"Voilà de quoi te défendre contre les animatroniques, après 22h."

Maeva avait de plus en plus peur de ces soit disant "machines à chatouilles". Que devait-elle réellement faire une fois face à l'un d'eux ? Les chatouiller ? Ou bien les fuir ? Les chatouilles sont loin d'être une chose qu'elle déteste, bien au contraire, mais elle apréhendait ce moment, au fur et à mesure que le temps passait. Enfin, des bruits de pas se firent entendre dans l'un des couloirs. Maeva sursauta de nouveau, et regarda l'horloge au-dessus des ordinateurs: il n'était que 21h30. Maeva soupira de soulagement, avant de regarder l'écran de la caméra postée juste devant le local de surveillance. La caméra montrait une sorte d'animatronique très grand, mesurant au moins 2 mètres, assez gros, et couvert d'une épaisse fourrure marron. Une fois l'animatronique assez proche de l'éclairage devant le local, Maeva réalisa, en discernant un visage d'ours, qu'il sagissait de Freddy. L'animatronique montra une boîte à pizza à la caméra, comme s'il savait pertinament où étaient les caméras. Maeva resta bouche bée devant l'image de Freddy sur la caméra.

"Ooooh, mais il est trop mignoooon !"

Si Maeva avait bien un défaut, c'était d'adorer tout ce qui ressemblait à une peluche, peu importe sa taille. C'était plus fort qu'elle, elle adorait se blotir contre de la fourrure, encore plus si la dite fourrure était épaisse. Maeva sauta alors de sa chaise, et ouvrit la porte du local, laissant entrer Freddy. Ce dernier marcha tranquillement dans le local, et déposa doucement la boîte de la pizza fumante dans les mains de Maeva. La jeune femme posa la boîte sur son bureau, et s'empressa de se jeter sur Freddy pour le câliner, et frotter son visage contre l'épaisse fourrure de ce dernier.

"Waouw, cette fourrure est tellement douce ! Et chaude en plus de ça ! Je te ferais bien rester avec moi pour te câliner toute la nuit, mais j'ai du travail."

La jeune femme lâcha alors Freddy, qui semblait déboussolé de cette démonstration d'affection soudaine. Il reprit cependant sa marche, tournant les talons, et se dirigeant vers le couloir d'où il venait. Soudain, une sonnerie retentit dans toute la pizzeria. La sonnerie ressemblais à celle d'une horloge, ce qui glaça le sang de la jeune femme. Elle posa alors son regard vers son horloge, et finit par lire: 22h précise. La marche de Freddy s'interrompit, et l'animatronique se tourna à nouveau vers Maeva, les yeux brillant plus intensément qu'à son arrivé. Puis, Freddy tendit les bras vers Maeva, et commença à se diriger lentement vers elle.

Maeva, fit un pas tremblant en arrière, avant de filer dans le local, d'attraper le carnet qu'elle lisait, de le mettre dans la poche droite de son pantalon, et de filer aussi loin que possible. Malheureusement, Freddy l'attrapa par le bras, et fit se faufiler ses mains sous les aisselles de Maeva. Sentir des doigts couverts de fourrure caresser ses aisselles la fit exploser de rire, et tomber au sol en tentant de fuir. Freddy se retrouva alors sur elle, caressant toujours ses aisselle en remuant lentement ses doigts.

"Mais arrêhahahate ! Pas les chatouiiiillhahahaha !"

Cependant, au bout de quelques minutes de caresses, Freddy se retourna, ayant à présent les pieds de la jeune fille devant son visage, et se coucha de tout son poid sur elle, l'empêchant de bouger. Ensuite, Maeva sentit que l'animatronique lui retirait chaussures et chaussettes, avant de sentir un contact mou ! et visqueu glisser le long de ses pied, la faisant crier, avant d'exploser de rire de plus belle.

"AAAAH ! PAAAHAHAHAHAHA LES PIEEED ! HAAAAAAAHAHAHAAHAHA STOOOHAHAHAHAP !"

Freddy était en train de lécher goulument les deux pieds de Maeva avec sa langue rappeuse à souhait, semblant plus vraie que nature. Plus le temps passait, plus la langue passait, et repassait sous les pieds lisses de la pauvre femme. Au bout de plusieurs minutes, Maeva se rappela de ce qu'elle avait lu dans son carnet: Freddy est sensible au niveau du ventre. La jeune femme tendit la main vers sa taille pour atteindre sa ceinture, Sa main tremblait à force de sentir la longue langue rappeuse et gluante sur ses pieds, rendant plus difficile encore d'attraper les ustenciles à sa ceinture. Enfin, elle réussit à saisir le plumeau à sa ceinture, et le décrocha.

"C'ESTHAHA L'HEUHAHARE DE LAAAAAHAHHA REVANNAHAHAHACHE !"

A ces mots, Maeva fit danser le plumeau sur le côté gauche du ventre de Freddy, le faisant chavirer vers la droite, libérant Maeva, ainsi que ses pieds.

"Nickel ! Alors toi, mon ourson, tu vas souffrir pour ce que t'as osé faire à mes pieds ! "
Maeva sauta sur le ventre de Freddy, profitant également du gros ventre duveteux de ce dernie, avant d'agiter le plumeau sur le ventre avec sa main droite, et de remuer les doigts avec sa main gauche, le tout avec une pointe de sadisme, en remarquant que Freddy commençait à se débattre.

"Ouuh, mais il est chatouilleux, le petit ! Tiens, prend ça ! Guili guili guili guili ! T'es presque encore plus chatouilleux que moi ! Guili guili ! Alors, elle est passé où ta motivation pour me lécher les pieds ! Vas-y, essait un peu pour voir ! Guili guili guili !"

Maeva prenait une revanche parfaite en voyant Freddy se débattre, et remuer dans tous les sens pour esquiver vainement les doigts agiles, ainsi que le plumeau attrocement doux le taquiner le ventre sans répis. Soudain, la bouche grande ouverte, Freddy se mit à émettre un son, ressemblant à un rire. C'était un rire mécanique et inhumain, mais cela montrait que les chatouilles de la jeune fille étaient vraiment efficace. Après une bonne quinzaine de minutes à torturer le ventre de Freddy, Maeva fut violemment poussée en arrière par l'animatronique, qui en profita pour se relever, et s'enfuir en frottant son ventre, probablement engourdi à cause des chatouilles.
Maeva se releva alors, toute fière de la torture infligée à Freddy, et s'étira quelques instants. Son appréhension avait maintenant totalement disparue, et elle n'en voulait presque pas à son ancien tortionnaire, devenu victime. Mais une fois seule, les questions virent à nouveau dans sa tête.

"Pourquoi il s'es mit à me chatouiller pile à 22h ? Comment un robot fait-il pour avoir une langue aussi réaliste, et être chatouilleux ? C'est quoi cet endroit bon sang..."

Maeva se replongea dans le carnet, souhaitant en apprendre plus sur cette nuit commençant à peine. Elle remarqua qu'il y avait des sortes de marques pages présent dans le carnet, avec écrit: 1ère nuit, 2e nuit, etc...

"Alors...vu le nombre de marques pages, ça veut dire que j'en ai pas fini avec les évènements bizarres par ici."

Cependant, plus elle y pensait, plus Maeva voulait voir ce que le reste des animatroniques avaient à lui réserver. Elle s'enferma alors dans le local, et se plongea dans son carnet, ne quittant pas la partie concernant cette "1ère nuit". Elle découvrit alors, après les pages concernant Freddy, un animatronique ressemblant à un oiseau, et un dernier, ressemblant à un renard.

"Alors, vous êtes quoi, vous deux..."

Maeva commença d'abord à regarder l'illustration consacrées à l'animatronique à l'apparence d'oiseau. Elle vit, comme image, un animatronique assez svelte, et aux formes féminines. C'était bien une sorte d'oiseau, possédant des serres en guise de pieds, et deux grandes ailes en guise de bras. Son plumage était jaune, et semblait très épais, surtout sur les ailes. Maeva se mit ensuite à lire les notes lui étant consacrées.
"Chica: animatronique oiseau
-Taille: 1 mètre 95
-Animatronique très enjoué
-Adore jouer avec sa proie
-Est très câline
-Après 22h, chatouille pricipalement:
-avec ses ailes
-Pour la faire fuir: la chatouiller sous les aisselles
-Pour la faire rester: lui chatouiller le ventre"

Maeva se réjouit à la lecture des notes de cet animatronique.

"hohow, alors elle est joueuse. Je vais bien m'aluser avec elle. Bien, maitenant, le dernier..."

Maeva tourna la page consacrée à Chica, et regarda d'abord l'illustration concernant de dernier animatronique de la "1ère nuit". C'éait une sorte de gros renard, plutôt svelte, lui aussi, quadrupède, à l'épaisse fourrure écarlate, et possédant une longue queue très touffue. Maeva commença alors à lire les notes le concernant.
"Foxy: animatronique renard"
-Taille (à 4 pattes): 1 mètre 75
-Aime attaquer par derrière
-Aime se cacher dans l'ombre avant d'attaquer
-Aime traquer sa proie jusqu'à l'épuisement
-Après 22h, chatouille pricipalement:
-avec ses griffes
-avec sa queue
-Prendre garde à sa queue: chatouille très efficacement
-Pour le faire fuir: l'éblouir
-Pour le faire rester: lui chatouiller le ventre"

Maeva devint folle en regroupant dans sa tête les notes des deux autres animatroniques.

"Mais je vais passer une nuit d'enfer !...non mais, comment je parle ? On dirait une perverse..."

En effet, plus elle passait du temps dans la pizzeria, plus elle avait l'impression que sont côté fétichiste des chatouille devenait visible. Cela dit, cela ne la dérangeait absolument pas. Depuis toute petite, Maeva se forçait à cacher ce côté de sa personnalité, par peur d'effrayer son entourage, et d'être pris pour une folle. Cependant, dans cet endroit, elle pouvait s'en donner à soeur joie, et le plaisir ne faisait, visiblement, que commencer, le nombre de pages concernant les autres animatroniques étant plutôt conséquent. Maeva esquissa alors un sourire, ferma son carnet, avant de sortir du local.

"Bon, alors, le tout c'est de trouver ces deux là. Peut être que Freddy est encore là, qui sait."

Soudain, son téléphone retenti dans sa poche.

"Hum, allô ?"

La voix de Puppet se fit à nouveau entendre.

"Oui ? Aaah, vous répondez enfin. Jeme suis inquiété. Il ne vous est rien arrivé, j'espère ?"

Maeva réfléchit l'espace d'un instant, avant de ne rien dire sur la bataille de chatouille entre elle et Freddy.

"Non, non, rien. Je ne regardais pas mon téléphone. Mais je ne comprend pas, comment avez-vous eu mon numéro ?"
-"Oh, eh bien, il était écrit sur votre CV."
-"Oh. Oui, c'est vrai, j'avais oublié, pardon."
-"Ce n'est rien. Bien, puisque tout se passe bien, je vais vous laisser."
-"Non, attend....merde ! Elle a déjà racroché. Tiens, je peux pas la rappeler ? Bizarre. Bon, je trouverais Chica Foxy toute seule."

Maeva ne réfléchit pas plus longtemps pourquoi l'appel de Puppet n'apparaîssait pas sur son téléphone, et se mit à chercher les deux animatroniques à travers les couloirs de la pizzeria. Soudain, Maeva se rappela d'un détail: Foxy devait être éblouit pour fuir. La jeune fille retourna alors en trombe dans son local, en recherche d'une lampe de poche pour pouvoir contrer ce renard efficacement. Après l'avoir prise, elle l'accrocha à sa ceinture, et reparti en quête de chatouilles. Après une bonne demi-heure de recherches, et d'érance dans ces couloirs sombres à peine éclairés, Maeva ouvrit une double porte, menant dans une sorte de cantine, probablement pour le personnel. A ce moment, ses penchants perfectionniste la reprirent.

"Beurk, que c'est crade. Je nettoirais bien pendant la nuit...Non, les animatroniques avant !"

Soudain, Maeva entendit des bruits de pas mécaniques à travers la porte. La jeune fille parti alors se cacher sous une des tables de la cantine. Heureusement pour elle, la cantine était très grande, avec un sol en damier vert et blanc du plus mauvais goût, ainsi que des tables d'un blanc vieillit fixées au sol. Apeine quelques secondes après s'être cachée, Maeva vit un long crâne vulpin pousser l'une des portes de la cantine pour y pénétrer. C'était bel et bien Foxy, aucun doute. Maeva était aux anges en voyant la démarche féline de Foxy, ainsi que sa longue queue touffue se balancer au rythme des pas du renard mécanique, grifonnant le sol avec ses petites griffes à chacun de ses pas. Au moment où le renard passa juste à côté de la table où se cachait Maeva, la jeune fille mit la main devant sa bouche pour que sa respiration ne fasse pas trop de bruit. Soudain, le renard, au moment de passer devant la table de Maeva, s'arrêta brusquement. Il tourna ensuite ses yeux, brillant dans l'obscurité, directement vers Maeva, lui glaçant presque le sang, puis reprit sa marche vers le fond de la cantine. De dos, le renard ne faisait plus attention à ses arrières, et Maeva avait maintenant le champ libre pour l'attraper, et le chatouiller comme bon lui semblerait. La jeune fille commença alors à sortir de sous la table, mais glissa subitement, tombant lourdement au sol, dans un bruit grave. Maeva regarda alors ses pieds nu, encore couvert de la salive de Freddy.

"J'avais oublié ça ! J'aurais dû me sécher les pieds avant !"

Le renard se retourna alors vers la jeune fille, et couru dans sa direction, avant de sauter dans les airs, se préparant à piéger sa victime. Cependant, Maeva sorti rapidement sa lampe, et l'alluma dans les yeux du renard mécanique, l'éblouissant dans les airs, le faisant tomber violemment sur la table où se cachait Maeva. La jeune fille en profita pour sortir rapidement, mais sentit une force incroyable dans son dos, la faisant rouler sur deux mètres, et sentit deux grandes pattes la saisr au niveau des hanches. Maintenant allongée sur le ventre, elle voulut se retourner, mais fut paralysée par la peur, au moment où elle entendit les grognements du renard juste à côté de son oreille. Elle sentit ensuite le contact mou, chaud, et gluant de la longue langue du renard mécanique la lécher de la base du coup, jusqu'en haut de sa joue, la faisant frissoner.

"Beuurk, encore ça ?!"

Maeva tentait de bouger, mais les deux pattes avant de Foxy appuyaient trop fortement sur ses hanches pour qu'elle puisse bouger. Enfin, Maeva commença à sentir un contact doux et touffue sur le dessous de ses pieds, sans aucun doute la queue de Foxy. Maeva tenta alors de jeter un coup d'oeil derrière elle, et vit Foxy la fixer avec ce qui semblait être un sourire narquois, pendant que sa queue virevoletait sous les pieds sans défence de sa proie.

"Hiiihihihi, pas la queue ! Pas çaaahahaha !"

Foxy émit une sorte de couinement de satisfaction, pendant que les griffes de ses pattes avant glissaient doucementsur ses hanches, remontant jusqu'aux aisselles, avant de redescendre lentement. Maeva, quant à elle, n'arrivait pas à se retenir de rire.

"Hiiiiaaahahaha ! Pas les griaahahaffes en même temps ! Paaahahas les griffeahahaha en même temps que la queuuuuue !"

Foxy semblait mettre un soin tout particulier sur les chatouilles avec sa queue, dessinant des formes divers sur les pieds de sa victime, la faisant basculer de gauche à droite comme une pendule, et la faisant même glisser entre chacun des orteils, faisant hurler la jeune fille.

"HIIIIIIAAAAAAAHAHAHAA ! STOOHAHAHAP ! J'AI COMPRIIIHIHIHI TU CHAAAAHAHATOUIIHIHLLE BIEN AAAHAHAHA ! JE ME REEEND HAHAHAHA ! MAIS STOOOHAHAHAP !"
Après 20 bonnes minutes de cettre torture, Maeva réussit enfin à reprendre sa lampe, envoyant à nouveau sa lumière vive dans les yeux de l'animatronique, le faisant lâcher prise, et grogner fortement. Maeva se mit à courir en direction de la sortiE de la cantine, et tenta d'en fermer les portes, mais dû esquiver Foxy qui tenta de lui sauter à nouveau dessus par derrière.
La jeune fille dû se baisser, mais réussi à s'arrêter facilement, la queue du renard ayant fait sécher la salive de Freddy sur ses pieds. De ce fait, Foxy se trouvait maintenant devant elle, et devant son unique sortie. Et ne pouvait que contempler la queue du renard se balancer avec énergie de gauche à droite. Le renard sauta de nouveau dans les airs afin d'attraper Maeva, mais ce dernier fut attrapé par cette dernière, puis jeté contre une table de la cantine. Maeva profita de ce moment pour fuir, ouvrant en trombe la double porte, et la ferma sans même regarder l'état de l'animatronique. Avant de se remettre à courir dans le couloir, Maeva jeta un dernier coup d'oeil derrière elle. Foxy enfonça les portes de la cantine, grognant avec intensité, avant de se mettre en chasse. Maeva retourna la tête pour regarder devant elle, mais se cogna contre une sorte de mur, tapis de plumes. La jeune fille leva donc la tête, et vit le visage de Chica la dévisager, avant de se mettre à lui picorer le ventre avec son bec pour la faire reculer. Avec les chatouillis du bec de Chica sur son ventre, Maeva ne pouvait que reculer, et finit par sentir de nouveau la pression de Foxy dans son dos, qui lui fit faire plusieurs roulade, avant de se retrouver mystérieusement la tête vers le plafond.
Foxy étant très grand, l'animatronique avait utilisé ses pattes avant et arrière pour s'aggriper aux côtes de Maeva, et se trouvait donc sur le dos, laissant Maeva sans repère, dans les airs. La jeune fille se trouvait maintenant dans les airs, avec pour seuls appuis les griffes du renard mécaniques fermement aggripées à ses côtes. Foxy se mit alors à chatouiller les côtes de Maeva, en dessinant des ondulations avec ses grifffes, donnant l'impression qu'une vague chatouillait en continue les pauvres côtes de la jeune fille. Chica, quant à elle, posa ses serres sur le ventre de Maeva, se reposant uniquement sur le ventre plat, et ondulant sous ses spasmes de rire. Contrairement à ce qu'aurait pensé Maeva, Chica ne pesait quasiment rien, posée sur son ventre. Au contraire, l'oiseau mécanique semblait aussi léger que du coton, et faisait presque oublier ses longues serres, qui se mirent à lui gratouiller le ventre. Ensuite, Chica se baissa vers Maeva, et commença à picorer ses aisselles avec son bec pendant plusieurs minutes, avant de les lui caresser avec ses longues ailes, couvertes d'une épaisse couche de plumes. Maeva hurlait, pleurait, riait, sous les attouchements de ses bourreaux mécaniques: Foxy lui chatouillait les côtes avec ses griffes, et les pieds avec sa queue, tendis que Chica lui chatouillait le ventre avec ses serres, et les aisselles avec ses ailes.

"ARRÊHÊHÊHÊHÊTEEEEEZ ! STOOOOHAHAHAHAP ! STOAAAAAAAAHAP ! JE VAIIHAHAHAHA MOURIIIIHIHIHIR !"

Soudain, Maeva commençais à sentir une chaleur sur son entre jambes, et supplia ses bourreaux de plus belle.

"NAAAAHAHAAN ! ARRÊÊÊÊÊTEZ VIIIHIHIHITE ! JE DOIS FAIIHAHAHA PIPIIIIIIHIHIHIHI ! SINON JE VAIS...JE VAIS...JE...VAIIIIIIS !"

Enfin, ce qui devait arriver arriva. Une énorme tâche d'urine s'était formée sur l'entre jambes de Maeva, et grandissait petit à petit. Mais, quand les animatroniques s'en rendirent comptes, la surprise les saisirent, donnant une chance à Maeva d'éblouir Foxy pour le faire lâcher prise, faisant tomber lourdement Chica au sol, n'ayant aucun point d'appui. Maeva courut alors se cacher dans son local, titubant encore sous l'effet des chatouilles fraîchement administrées, laissant son corps encore un peu engourdis. Une fois son local regagné, Maeva s'était rapidement changé, et la sonnerie de son horloge retenti de nouveau. Il était maintenant 6h du matin, la première nuit s'était terminé sur une veste en lambeau, et une énorme tâche d'urine sur sa culotte, et sur son pantalon.

"Pfiou...j'espère que je pourrais demander à Puppet de remplacer tout ça. N'empêche, elle était cool, cette nuit."

Maeva garda alors ses habits de travail impossible à enfiler sur son bras, et éteignit les lumières de son local. Elle jeta un dernier regard satisfait vers la pièce, et se murmura à elle même.

"A demain. J'aurais ma revanche."
super histoire sa promet pour la suite :D
Moi aussi j'attends la suite car ton histoire est géniale
Merci, ça fait plaisir de savoir ça :rougis: . Je continue le chapitre II dès que le temps me le permet, et ça confirme ce que j'ai dit plus tôt, cette histoire va durer un moment XD. Avec tout les animatroniques présents, et ceux que je peux créer si besoin, y a vraiment de quoi faire un truc qui puisse contenter la plupart des amateurs de chatouilles. Croyez-moi, quand j'aurais terminé cette histoire en entier, y en aura pour tous les goûts. J'espère que tout le monde trouvera son bonheur ^^
T as raison elle est trop cool cette histoire :D j ai juste du mal a imaginer ce qu est un animatronique
Tape " animatronique Five nights at Freddy's" (avec le poing de preference ca fait plus mal) et tu as des images des différents animatroniques cités dans l'histoire.
en meilleur etat que dans le jeu j'espere parce que sinon il font fliper XD
Oui, quand même en meilleur état, parce que là, j'imagine pas la séance de chatouilles cauchemardesque XD
Ha oui ok je vois :lol: C est sur que ca doit faire flipper si on les change pas un peu
Tu m'étonne XD. Déjà qu'il y en a certains qui sont en bon état, et qui sont déjà pas mal flippant, alors ceux en mauvais état, tu peux pas imaginer XD