Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



insectes adaptatifs

A l'heure où je poste cette histoire, je suis en train d'écrire une des quelques mémorables séances de chatouilles avec ma sadique de cousine ^^. C'était juste histoire de prévenir que mes doigts ne resteront pas inactifs très longtemps ^^ (y aurait-il un double sens dans cette phrase ? O_o)
Voilà ! Le début aura mit plus de temps que ce que je pensais, mais j'ai fini par réussir à faire quelque chose qui pourrait être pas si mal. Autant vu le dire tout de suite, vu que vous allez bien le remarquer en lisant...je suis pas le meilleur romancier qui existe XD. Mais bon, écrire quelques histoires par-ci par-là me semble déjà être un bon début si je veux m'améliorer un jour ^^. Je poste juste le tout début, qui servira de prologue. C'est une sorte de journal de bord de la découverte d'insectes assez originaux. donnez moi votre avis pour savoir si la vrai histoire pourrait être bien (parce que je suis pas sûr de mon coup, là). Mais si ça vous plaît, je pense faire plusieurs histoires où des animaux, réelles ou pas, deviennent "fou", parce que je trouve que je trouve ça vraiment marrant, et pour certains animaux, c'est pas plus mal qu'aucun d'eux n'ait la faculté de vouloir chatouiller des humains (parce que vu ma sensibilité aux chatouilles, je sais pas vous, mais je serais déjà mal barré XD). Sur ce, bonne lecture !



Frelons adaptatifs

Prologue:Les recherches du docteur


Etude du 14 mai 2019 :


Bonjours à vous, qui prenez le temps de lire ce journal de bord. La raison quant à ces lignes est simple, mais tout de même inquiétante. Je me présente : mon nom est Mary , comportementaliste animalière. Mon travail, pendant un temps, fut d'examiner une ruche bien étrange, decouverte non loin d'un apiculteur du sud de la France. En effet, la ruche en elle même ne semble avoir aucune différence avec une ruche ordinaire, hormis certains détails. Tout d'abord, par sa taille, car celle-ci est particulièrement grosse : 1 mètre 13 de diamètre très exactement. De plus, cette ruche habite des frelons tout à fait inhabituels. Pas dans leur comportement, car ils ne faisaient que tuer les abeilles des ruches de l'apiculteur sur place, mais dans leurs autres caractéristiques. En effet, ces frelons sont bien plus gros que la moyenne, mesurant 5 centimètres de long, et sont entièrement blanc. Jusque là, me direz-vous, « ce n'est sûrement qu'une nouvelle espèce anormalement grosse. ». Malheureusement, nous ne sommes pas confrontés à une simple nouvelle espèce de frelon. Il y a une autre caractéristique les différencient des frelons ordinaires : ils ne possèdent pas de dard, mais une sorte de long pinceau de ce qui pourrait ressembler à du crin, long d'un centimètre, et très touffu. De plus, la fille de l'apiculteur, qui se promenait dehors, n'était pas au courant de l'existence de ce nid, et fut attaquée par une nuée de ces frelons. Nous l'avons interrogé, et, d'après elle, les frelons se sont jetés sur elle, avant de se faufiler sous ses vêtements, et d'agiter frénétiquement leur « pinceau » sur les points sensibles de la jeune fille, créant une sensation de chatouille insuportable. Ce n'est qu'après plusieurs minutes que ses rires furent entendus par son père, qui fit s'éloigner les insectes en faisant se disperser un nuage d'insecticide près de sa fille. Mon enquête sur ces lieux est bien loin d'être terminée.

Etude du 16 mai 2019 :


J'ai une bien triste nouvelle. Malheureusement, la fille de l'apiculteur est décédée, dans des circonstances que nous ignorons encore, attaquée, cette fois, par la totalité du nid, après avoir voulu s'en rapprocher de nouveau. D'après nos investigations, après avoir tué la fillette, la nuée d'insectes s'est infiltré à l'intérieur de l'habitation de l'apiculteur, qui fut lui aussi, accompagné de sa compagne, attaquée par cette nuée de frelons. A cause de cette situation inquétante, nous avons prélevé l'un des frelons mâle présents sur place, et l'avont fait rencontrer en laboratoire des reines frelons d'autres espèces ne possédant pas ses caractéristiques. Nous avons même essayé sur quelques reines abeilles. Après seulement quelques secondes, toutes les reines présentes, autant frelon que abeilles, s'accouplèrent avec lui, créant cette nouvelle espèce de frelon. Vous l'aurez compris : ces frelons ont la capacité de s'accoupler avec n'importe quelle autre espèce de frelons ou d'abeilles pour augmenter leur nombre. Nous avons à présent un immense problème. Si mes soupçons sont fondés, il semblerait que ces frelons voient dans notre faiblesse aux chatouilles, une faiblesse exploitable. De ce fait, la nature semble vouloir reprendre ses droits, d'une manière, je vous l'avoue, inattendue, mais qui pourrait causer de nombreuses pertes humaines.


Etude du 20 mai 2019 :


La cause des décès par chatouilles est à présent claire : le cœur des victimes ont fini par lâcher à cause de l'intensité des chatouilles. Maintenant, nous n'avons plus qu'à trouver un moyen pour éradiquer ce fléau insectoïde.



Etude du 28 juin 2019 :


Après divers tests sur la portée de frelons nés pendant les test d'accouplements, une adaptation extrêmement rapide a fait son apparition, En effet, l'insecticide utilisé par l'apiculteur pour tuer, ou faire s'enfuir les frelons ne semble plus faire effet chez la nouvelle générations de frelons nés il y a peu. Mon équipe et moi-même sommes en train de développer de nouveaux insecticides afin d'éradiquer cette espèce, devenant de plus en plus invasive et agressive. Cependant, si mes tests le vérifie, les insecticides ne sont qu'une solution à court terme. La situation n'a, à présent, si je puis dire, plus rien de quoi faire rire.



Etude du 11 juin 2023 :


Mon équipe et moi-même avons enfin réussi à synthétiser un insecticide capable de tuer un nid enier en quelques secondes. Malheureusement, les frelons eux aussi ont eu l'air de s'être préparé. Ils sont devenus plus gros, atteignant maintenant les 8 centimètres de long, et possèdent maintenant, non plus seulement une sorte de squelette externe, mais un épais et long pelage blanc, dont ils se servent pour se frotter sur les pieds chatouilleux peu méfiants. Espéront que les agents que j'ai envoyé sauront faire face à ses insectes adaptatifs. J'en suis sûre...Je l'espère.




Etude du 19 juin 2023 :

Cela fait maintenant 8 jours que de petits groupes d'agents se sont répartis en France pour exterminer ces insectes, mais aucun n'en est revenu, ou n'a donné de nouvelles. Certains agents ont même démissioné avant même d'être affectés à la destruction d'une ruche. A présent, je me demande si un jour, l'humanité ne disparaîtra pas à cause de ces fichus frelons. Quelle ironie, de risquer la disparition de l'humanité à cause d'un insecte de quelques centimètres qui provoque des chatouilles. Je dois dire, que si leurs chatouilles n'étaient pas mortelles, je me jetteraient bien dans une de ces ruches. Bon, restons sérieux. L'heure n'est pas aux plaisanteries. J'espère que le peu d'agents restant et encore assez courageux pour faire face à ce danger m'enverront de leurs nouvelles.
Je dois avouer que ton histoire est original, et plus je me dis ça plus je me dis que c'est génial. En gros j'adore ton histoire, en espérant des scènes de chatouilles bien détaillées
Merci beaucoup ! Je dois dire que je m'attendais pas à ce quelqu'un "adore" :rougis:. En tout cas, la suite viens juste après. J'espère que tu l'appréciera tout autant :D. Je suis justement en train de bosser sur la scène la plus "intéressante" de ce chapitre en ce moment. J'espère qu'elle sera au goût du plus de personnes possibles :)
Chapitre I : L'attaque de la fille de l'apiculteur

Vanessa est une des deux filles de l'apiculteur ayant signalé le premier nid de ces étranges frelons. Son nom est Vanessa Signoret. C'est une jeune fille de 14 ans, aux cheveux blonds, coupé en carré s'arrêtant à la base de son cou. Elle est plutôt svelte, mesurant environ 1 mètre 55, et au visage angélique, et innocent. L'histoire commence un vendredi soir, lors de la rentrée de celle-ci de son école, vers 17h.

« Je suis rentrée ! »

La jeune fille enleva ses chaussures, le sourire aux lèvre, et rejoignit sa chambre, où elle attrapa son casque, et commenca à choisir une playlist pour sa séance de yoga hebdomadaire. Quoi qu'elle fasse, Vanessa avait toujours le sourire. Elle adorait aider sa famille, aidant souvent son père dès qu'elle le pouvait, à prendre le plus grand soin de ses abeilles. L'apiculture est le métier le plus courant dans sa famille, une grande partie de celle-ci travaillant d'ailleurs dans la même entreprise. C'est également une jeune fille sans histoire, avec beaucoup d'amis sur lesquels elle peut toujours compter, une vie que beaucoup lui envieraient. Après avoir choisit une playlist, Vanessa commenca son yoga. Après quelques minutes, Vanessa s'étira vers l'arrière, son t-shirt laissant entrevoir son ventre plat, arborant un magnifique nombril. Soudain, elle entendit des bruits de pas dans son dos, se rapprochant doucement d'elle, avant de sentir comme un grand pinceau glisser le long de son ventre, et faire plusieurs tours le long de son nombril. Vanessa ne pu s'empêcher de pouffer de rire devant une telle douceur parcourant son ventre. Avant même de pouvoir se retourner, la jeune fille senti quelque chose immobiliser ses jambes et ses bras. Une voix douce se fit entrendre juste derrière son oreille droite.

« Où est-ce que tu veux que je te chatouille, maintenant ? »

Vanessa vit alors le visage souriant de sa sœur, Julia, juste à côté du sien. Julia est la sœur ainée de Vanessa, a 17 ans, et possède pratiquement le même visage que sa sœur cadette, mais possède une longue tresse dont la pointe est assez longue et très épaisse. Julia tenait fermement sa petite sœur, ayant enroulé ses bras et ses jambes autour des membres de sa victime. Julia lécha alors longuement la joue de sa petite sœur, avant de ricanner.

« Hihihi, puisse que tu ne dit rien, je vais te chatouiller où bon me semble. »

Julia n'utilisa alors qu'un seul de ses bras pour immobiliser ceux de Vanessa, afin de pouvoir saisir la pointe de sa tresse, et de l'agiter sous le nez de sa petite sœur.

« On va commencer par ici. »

A peine la chevelure de Julia avait frôlé les narines de Vanessa, que cette dernière commençais déjà à rougir à pour se retenir de rire. Julia sourit davantage en voyant le visage de sa petite sœur se retenir à se point, sachant qu'elle savait que sa petite sœur était énormément chatouilleuse sur le corps tout entier. Elle décida alors de faire glisser ses cheveux tout autour des lèvres de Vanessa, la faisant immédiatemment serrer les dents et rougir encore plus. Julia lécha l'autre joue de sa sœur, tout en ricannant à nouveau.

« Hihihi. Pas bien fun tout ça. On va mettre un peu de piment là-dedans ! »

A ces mots, Julia abandonna les lèvres pour se consacrer au joli ventre de sa sœur. La sœur ainée fit alors danser la pointe de sa tresse sur le ventre de sa sœur, la faisant éclater de rire dans la minute suivante.

« AHAHAHAH ! NAAHANHANHANHAN ! ARRETE çAAHAHA ! »
-« Voilà la réaction que je voulais voir ! Aller, danse pour moi, ma petite sœur adorée. Guili guili guili. »

Julia fit alors danser, glisser la pointe de sa tresse sur le ventre, les côtes, et le cou de Vanessa, la faisant se tortiller dans tous les sens possibles, encourageant sa grande sœur à la taquiner davantage.

« Ouuuh, oui, comme ça ! Fais-moi une danse du ventre ! Aller, pour ta grande sœur chérie !»
-« AHAHAHAAAA ! JE TE HAIIHAIHAIHAI ! SALE SOEUR SAHAHADIIIIIQUE ! »
-« Oooh, c'est vraiment pas gentil, ça. Maintenant, je suis triste. Tu me donne envie de te torturer encore plus, et plus longtemps. »
-« NOOOON ! »

A peine sa grande sœur avait terminé sa phrase, Vanessa se libéra, et immobilisa sa grande sœur de la même manière qu'elle avait subi, sauf que Vanessa se retrouva au-dessus de Julia. Vanessa affichait maintenant un large sourire, à moitié innondé de larmes séchées.

« Maintenant, l'heure de la revanche a sonné sale sadique ! »

Vanessa releva le t-shirt à motif kaki de sa sœur, mit la tête en bas, et fit danser sa chevelure lisse sur le ventre de Julia.

« Alors, comment c'est ? Je me débrouille bien, moi aussi, pour chatouiller avec mes cheveux. »
-« Mfff...espèce...dehihihi... »
-« Espèce de quoi ? J'entend pas. Articule bon sang ! »
-« T-t-tu vahaha...le...regrettéhéhéhé ! »
-« Ah bon ? Moi, au contraire, je pense que je vais m'amuser ! Aller, danse toi aussi ! Fais moi une jolie danse du ventre ! »

Vanessa fit alors danser sa chevelure blonde sur les côtes de sa grande sœur. D'abord le côté droit, ensuite le gauche, enfin, le ventre, et recommença encore et encore, faisant varier les mouvement de ses cheveux, passant de gauche à droite, de haut en bas, puis en diagonale, tout en s'attardant quelques instants à certains endroits. Julia , quant à elle, était prise dans une spirale de rire, créant des spasmes au niveau de son ventre plat, rendant encore plus facile le travail des cheveux de Vanessa.

« AAAAAAHAHAHAHAHAHA ! ARRÊTE çAAAAHAHAHA ! J'ABANHANHANDOHOHOHNNE ! MAIS ARRÊTEUUH JE T'EN SUPLIIIHIHIHIH ! »
-« Ahlala. Quelle chatouilleuse tu fais. Quand il faut se faire chatouiller, y a plus personne, bizarrement. Tu l'auras bien cherché. Se sera ta punition pour m'avoir chatouillé par surprise. En attendant, tu ne danse pas beaucoup, je trouve. Aller ! Donne toi à fond ! Comme si une épaisse chevelure blonde te chatouillait le ventre en continue...ah, mais c'est vrai, c'est le cas, hihihihihi. »

Vanessa fit promener sa chevelure encore un long moment, avant de finalement relâcher sa grande sœur, totalement à bout de souffle, et ayant pleuré toutes les larmes de son corps. Après s'être reposé un long moment, Julia quitta la pièce. Mais avant, elle jeta un regard noir à sa sœur.

« Tu vas me le payer, petite chatouilleuse débutante. Dès que j'en aurais l'occasion, je te ferais subir bien pire que ce que tu m'a fait. »
-« Oui, oui, je sais. Aller, ouste, j'ai besoin de me reposer, avec ce que tu m'as fait. Je vais avoir mal au ventre, maintenant. »

Julia quitta alors la chambre de sa petite sœur en rigolant. Julia et Vanessa sont très proches, et ne manquent jamais une occasion de chatouiller l'autre, comme aujourd'hui. Malgré l'intensité de leurs sénaces de chatouilles, elles prennent toujours un malin plaisir à les faire durer aussi longtemps que possible. Vanessa remit son casque, s'assied devant le balcon de sa fenêtre, et regardait patiemment son père s'occuper de ses ruches. Exceptionnellement, son père n'avait pas besoin d'elle aujourd'hui. Elle pu donc enfin se reposer, le week-end arrivant enfin. Cependant, son père rejoignit la maison bien plus rapidement que d'habitude.

« Tiens, bizarre, déjà fini ? Mais je voulais continuer de le voir travailler, moi ! »

La jeune fille coupa la musique de son téléphone, posa son casque sur son lit, et rejoignit ses parents en bas, sa chambre se trouvant au premier étage. Arrivée en bas, elle embrassa vivement sa mère sur la joue, Vanessa étant très proche, et d'un naturel très affectueux avec cette dernière.

« Coucou maman. Papa est pas resté bien longtemps dehors dit donc !  Un problème ? »

Sa mère semblait réfléchir longuement, avant de finalement lui répondre.

« Non, rien du tout. Il est juste un peu fatigué. Il est parti dans le garage à côté de la maison. Il range quelques affaires, fait l'inventaire des outils pour quand on s'occupera du jardin demain, et il reviens. »
-« Ok...je vais me reposer un peu dans le jardin alors. »
-« D'accord. Oh, et ton père m'a dit de te prévenir : ne t'approche surtout pas des ruches sans protection. Les abeilles sont assez agressives ces derniers temps. C'est comme si elles se sentaient en danger. D'habitude, ça n'arrive que quand des frelons sont dans les parages. »

La jeune fille éclata de rire à cette remarque inquiète.

« Mais oui, bien sûr ! Et un ENOOORME frelon va toutes les tuer, et nous tuer ensuite ! Oh malheurs ! On aurait dû écouter la prémonition des abeilles ! T'en fais pas. C'est sûrement juste une phase. Ça leur passera. »

La jeune fille fut tout de même surprise d'un tel temps de réaction avant d'avoir une réponse. Sa mère a toujours eu l'air si pressée en parlant, contrairement à aujourd'hui. Vanessa ne fit pas attention plus longtemps, et ouvrit la porte derrière la maison pour rejoindre le jardin.

« Bon, ok alors je vais faire un petit tour dans le jardin. »
-« D'accord...mais soit prudente... »

Etre prudente ? La situation devenait de plus en plus étrange, au vu des réactions de la mère de Vanessa. Mais la jeune fille ouvrit la porte tranquillement, et se dirigea vers l'extérieur. Après tout, il ne sagissait que du jardin. Rien de bien dangereux.Une fois la porte ouverte, Vanessa avait une vue magnifique. Le jardin était immense comme deux fois la taille de leur maison. Une allée de pierres menait en premier vers les ruches, et se terminait vers une plaine parsemée d'arbres frutiers et de fleurs de toutes sortes. La jeune fille prit une immense inspiration, profitant de l'air pur de cet endroit, avant de courir s'abritter sous le dernier arbre, au fond du jardin, comme à son habitude. Seulement, une fois assise contre l'arbre en question, un bruit anormal retint son attentinon. Il s'agissait d'une sorte de bourdonnement, mais bien plus intense que celui que les abeilles produisaient. La jeune fille se mit à ramper autour de l'arbre, le bruit semblant venir de derrière celui-ci. En voyant la source de ce bruit de ses propres yeux, la jeune fille étouffa un cri de surprise. Un énorme nid de frelons était caché derrière l'arbre, à l'abri des regards.

L'énorme nid semblais caché, posé au sol, contre l'abre contre lequel Vanessa était assise. La jeune fille voulu s'en approcher, mais un frelon blanc sorti du nid, et se posa devant elle, avant de la fixer. La jeune fille, se mit à quatre pattes pour l'observer, et se mit à sourire.

« Mais t'es trop mignon toi ! T'as une couleur un peu bizarreT, mais t'es mignon. Et t'as pas l'air bien agressif en plus. »

Puis, Vanessa remarqua la touffe de poils situé à la place du dard du frelon.

« Tiens, c'est quoi ça ? »

Seulement, avant de pouvoir réfléchir, le frelon s'envola dans sa direction, avant de se faufiler sous son t-shirt.

« Eh ! Reste là ! Je vais pas te...man...gehihihihi ! C'est quoi ce déliiiiire ! »

Le frelon s'était soudainement mit à faire bouger son son pinceau de poils de gauche à droite sur le bas du ventre de la jeune fille, la faisant éclater de rire et se rouler par terre.

« Stop ! Stop ! Arrête ça ! Ça chatouiihihihiiille ! »

L'étrange insecte avait beau être remué dans tous les sens, il restait solidement accroché au bas ventre de Vanessa, accélérant les mouvement de son abdomen, créant une déferlante de rire chez Vanessa. Seulement, à force de crier, un petit groupe de quelques frelons rejoignit leur semblable, au grand désespoir de Vanessa.

« NOOON !! MAIS Y EN AHAHA COMBIHIHIHIHIIIEN ?! »

Les frelons se dispersèrent alors sur la jeune fille dans un bourdonnement infernal. Les insectes se fafilèrent alors sous le t-shirt. Après s'être infiltrés, 3 frelons se regroupèrent par aisselles, et commencèrent à aider leur compatriote dans sa mission de chatouille, faisant danser leur poinceau touffu sous les aisselles de la pauvre jeune fille. Cependant, en voulant baisser les bras, Vanessa avait remarqué un détail : elle était incapable de baisser ses bras, les frelons retenant ses bras vers le haut avec leurs pattes.

« MAIS VOUHOUHOUHOU ÊTES QUOIHAHAHA LA FIN ! LAISSEZ MOIHAHAHA TRANHANHANQUIIILLE ! »

Soudain, le reste du groupe se faufila dans son pantalon, et se mirent à chatouiller implacablement les jambes de Vanessa.

« STOOOP ! STOOOP ! J'EN PEUX PLUUUHUHUHUHU!A L'AIIIDE ! »

Enfin, après ses quelques minutes de souffrance, la silhouette de son père se fit voir, et un nuage de gaz se propagea près de ses jambes, faisant s'enfuir les frelons assez longtemps pour que les deux personnes puissent s'enfuir. Peu de temps après, Les parents de Vanessa contactèrent le docteur Mary, dont ils avaient entendu parler récemment. Le docteur envoya alors quelques personnes recueillir le témoignage de Vanessa et de son père à propos de ses étranges frelon. Peu de temps après l'interrogatoire, Vanessa s'affala sur son lit, morte de fatigue. Les questions des envoyés du docteur Mary s'ayant éternisé, il était maintenant 20h30.

« Non mais quelle journée ! »

Depuis son lit, Vanessa voyait l'arbre au fond du jardin, où se terrent encore la source de sa torture encore récente. Etrangement, cette torture n'avait pas été si désagréable. Plus elle regardait l'arbre, plus elle avait envie de retourner derrière ce dernier pour goûter une nouvelle fois à cette nouvelle forme de torture. Soudain, la voix de Julia retentit jusqu'à sa chambre.

« Vanessa ! On mange, dépêche ! Si tu viens pas vite fais, je viens te chatouiller 10 minutes pour chaque minutes de trop ! »
-« D'accord, d'accord, j'arrive ! »

Quelques jours plus tard, la situation s'était calmé. Julia et elle avaient toujours leurs séances de chatouilles habituelles, et son père continuait de s'occuper de ses abeilles. Seulement, Vanessa ne pouvait pas oublier. Elle sentait encore les pinceaux des frelons, d'une douceur semblable à des mèches de cheveux parcourir tout son corps. Un beau jour, alors que Vanessa revint plus tôt que d'habitude, cette envie la titillait toujours. Après tout, ce n'était que des chatouilles, rien de bien méchant. La jeune fille regardait autour d'elle, personne. Après tout, ses parents étaient sorti, donc en avaient pour un moment, et Julia était encore en cours de gym, à chatouiller les pieds de ses copines avec ses cheveux, pour changer. C'est vrai qu'elle y allait presque uniquement pour ça. Après une dizaine de minutes, Vanessa se surprit à tourner en rond dans le salon, comme un fauve en cage.

« Raaah, j'en ai marre ! Frelons chatouilleurs, me voilà ! »

La jeune fille ouvra alors en trombe la porte du jardin, et couru à travers le jardin tout entier, pour arriver devant le fameux arbre à frelons. Après une petite semaine sans les approcher, Vanessa n'en pouvais plus. Elle voulait se faire chatouiller par ces magnifiques insectes. Et elle avait remarqué, avant que le premier frelon ne l'attaque, que la surface du nid ne semblais pas si solide que ça. Vanessa couru alors chercher une branche, et la ramena face au nid. Une fois devant le nid, La jeune fille planta la branche dans ce dernier, et le fit s'ouvrir en deux d'un seul coup. Un gigantesque nuage de frelons se dispersa dans le ciel, avant de se refermer directement sur elle.

«  Ouai ! Il était vraiment pas solide ce nid ! Aller les frelons, votre plus grande fan est là ! Chatouillez la autant que vous le voulez ! »

Vanessa retira rapidement ses chaussures et ses chaussettes, afin de laisser autant que possible le champs libre aux frelons. Cependant, contrairement à ce qu'elle attendait, aucun des insectes ne fonça sur elle. Mais soudain, un seul frelon, bien plus imposant que les autres s'approcha d'elle.

« Oooh, tu dois être la reine. Aller, fais toi plaisir aussi ! »

Vanessa claquais dans ses mains et parlais volontairement très fort afin d'énerver le plus possible les insectes, et elle fini rapidement par obtenir gain de cause. En effet, La reine frelon fonça sous son t-shirt, s'accrocha au ventre de la jeune fille, et se mit à faire gigoter son pinceau, bien plus épais que celui des autres frelons, sur son nombril n'attendant que d'être chatouillé, avant que tout le reste de la colonie ne suive sa reine. En quelques seconde, la pauvre Vanessa se retrouvit recouverte du menton aux orteils de centaines de frelons, agitant avec énergie leur pinceau sur chaque millimètre de la peau sensible de leur victime. Vanessa vivait un véritable enfer, mais d'après elle, un véritable paradis touffue. Pendant plusieurs dizaines de minutes, chacun des frelons s'acharnait à sa besogne, faisant remuer leur abdomen au son des rires incontrôlables de leur victime, qui ne faisait qu'en redemander.

« ENCORE ! ENCOOHOHOHOHORE ! OUIIIIHIHIHIHIHIHIHI ! AAAAHAAHHAAHAHA ! ENCOOOHOHOHORE !


Puis, la reine frelon s'envola, avant d'atterir cette fois sur le cou de Vanessa, et agita son piceau touffue juste sous son menton, faisant rire leur victime à gorge déployée. Pendant ce temps, un petit groupe de frelons se mit à aider leur reine, participant eux aussi à cette terrible torture.

« OUIIIIHIHIHI ! C'EST çAAAHAHA ! AIDEZ LAAHAHA ! PLUS ON EST DE FOUUUHOUHOU PLUS ON RIIIIIHIHIHIHIHIHIT ! »

A chaques secondes qui passaient Vanessa ressentait chaque pinceau carresser sa peau sensible, et avait une mine réjouit sur le visage en voyant que de tout petits frelons se faufilaient entre ses orteils pour agiter leur pinceau entre ses derniers. Ce fut seulement après deux heures de ce doux suplice que Vanessa commençais à réaliser une chose. En effet, plus elle riait, plus elle sentait les pinceaux faire des aller et venu sur sa peau, plus elle avait du mal à bouger. Au début, elle se tortillait dans tous les sens, mais maintenant, elle sentait son corps tout entier s'engourdir de plus en plus à chaque pinceau touchant sa peau sensible. De plus, son cœur commençais à battre de plus en vite, et de plus en fort, pour finalement penser qu'il finirait par exploser.

« AR...ARRÊTEZ ! J'NE PEUUU PLUUUHUHUHUHU ! ARRÊTEEEEZ ! AAAAA L'AIIHIHIDE ! AU SECOUUUHOUHOUHOURS ! JE VAIS MOURIIIIHIHIHIHIHIHIHIIIIIR ! »

Seulement, il était trop tard,plus elle tentait de bouger, plus elle sentait avec intensité les touffes de poils glisser sur son corps. Les abondantes larmes sur ses joues laissèrent place à un torrent de larmes accompagnées de supplications, et bien sûr, de rire toujours plus fort. Ces yeux étaient à présent innondés de larmes, et convulsaient dans tous les sens, sans pouvoir éloigner ses agresseurs chatouilleurs, n'arrêtant pas leur terrible mouvements de balancier, peu importe ce que la pauvre Vanessa pourrait leur faire. Ce ne fut qu'après quatres longues heures d'une torture semblant éternelle, que son corps fut totalement engourdi, que sa bouche n'émit quasiment plus aucun son, ni rires, ni supplications, pour finalement fermer doucement les yeux, avant de définitivement rendre son dernier souffle, dans une dernière supplication à ses bourreaux insectoïdes.

« ar-arrêtez...par pitié...à....à...à l'ai...de..... »
Bonjour à tous. J'écris ce post afin de prévenir que vu que je suis en période d'exams, je vais être inactif un bon moment, enfin, plus que d'habitude...enfin, mon absence ces derniers temps est surtout due à mes exams qui approchent. Sinon, deuxième et dernière infos, pour le peu de gens qui ont lu cette histoire (parce que je me doute bien qu'il doit pas y avoir beaucoup de gens qui s'y sont intéressés XD), je suis en train de revoir totalement le principe de cette histoire. Je vais pas dévoiler le truc entier, mais c'est pas pour rien que mon histoire s'appelle "insectes adaptatifs" (oops, je crois que je viens de tout dévoiler o_o). Enfin bref, après mes exams, je me remet enfin aux histoires fictives, et grâce à une rencontre d'anciennes potes de collège, vous raconter mes autres expériences de chatouilles qui étaient un peu flou dans ma tête. Voilà, sur ce, au plaisir, et à dans quelques semaines !
Oh non sérieux j'aime pas trop voir (REVOIR LE PRINCIPE DE L'HISTOIRE) lol car je me demande se que tu veux dire pas la ne modifie pas trop l'histoire de base surtout lol laisse la comme ça et continue la comme tu fait habituellement. De plus, c'est pas parce qu'il n'y a pas de commentaire qu'elle n'est pas lu ni rien perso moi j'aime pas juste écrire des commentaires. des fois j'adore une histoire à fond et pourtant je vais pas obligatoirement écrire de com perso j'adore l'histoire et j'aimerai avoir la suite de la partie avec la gamine et les frelon car sa fait des semaines et des semaines que j attend d'avoir la suite je pensais enfin que c t bon et au final c pour dire que tu pense revoir le principe de l'histoire perso cette phrase me fait un peu peu. non sérieusement continue comme ça ne change rien sinon sa va gâcher le truc et l'histoire :/ perso je la trouve géniale et je me demande si on va avoir la suite direct du précédent chapitre
Je viens de lire ton dernier chapitre et j'avoue que ça m'a plu ! :)
Alors, Jeffthekiller, pour tout te dire sur cette gamine...elle est censé être morte en fait o_o. Ellle est morte à la fin de mon dernier post sur l'histoire. Je me suis peut être mal exprimé :/. Enfin, en tout cas, merci de m'avoir fait part du fait que les gens qui aiment mon histoire ne me le diront pas forcément. Du coup, je vais me remettre à cette histoire dès la fin de mes exams ! Préparez vous à voir des larmes couler, et à entendre flots ininterrompus de rires !
Saizo a écrit :
mer. 30/05/2018, 18:42:11
Alors, Jeffthekiller, pour tout te dire sur cette gamine...elle est censé être morte en fait o_o. Ellle est morte à la fin de mon dernier post sur l'histoire. Je me suis peut être mal exprimé :/. Enfin, en tout cas, merci de m'avoir fait part du fait que les gens qui aiment mon histoire ne me le diront pas forcément. Du coup, je vais me remettre à cette histoire dès la fin de mes exams ! Préparez vous à voir des larmes couler, et à entendre flots ininterrompus de rires !
oui je sais très bien que la ptite fille est morte mais bon dans le 1er chapitre ils disent que la fille de tel personne a été retrouver morte alors après le dernier chapitre on savait tous qu'elle était morte surtout quand tu dis a rendu son dernier souffle je crois ou je sais plus comment tu la dis mais tu disais aussi que elle avait profiter du fait que sa famille n'était pas là sa sœur était je sais plus où et son père pareil que elle voulai se faire chatouiller qu'elle s'était déchausser et retirer les chaussettes et tout et tout pour bien ressentir les meilleurs chatouilles possible alors je me demandais que un moment ou un autre sa sœur qui est assez proche d'elle ou même ses parents allaient bien revenir un jour ou l'autre alors Jme disais peut être que la suite de l'histoire le prochain chapitre serai peut être la suite de l'autre et que la famille de la gamine allaient sûrement la découvrir dans cet état etc avec les frelons sur elle et ses pieds et tout et je sais pas quoi que c comme ça qu'ils ont conclu que les frelons devenaient de plus en plus dangereux car le 1er chapitre apparemment c un gars qui raconte se qui se passe de jour en jour comme un journal de bord. Mais pour te dire juste je sais que la ptite est morte la pauvre dailleur j'ai un peu eu de la peine pour elle et c peut être moi qui me suis mal expliquer en parlant dune suite à ça lol mais bon mais je voyais bien une suite ou sa famille la cherche et finissent par la découvrir dans cet état etc après je sais pas se que ta prévu de faire on verra bien
Aaah. Après, c'est peut être pas toi qui t'es mal exprimé, j'ai surement mal compris aussi de mon côté. Ça t'as fait un peu de peine ? Serais-ce une preuve que je raconte les histoires assez bien ? Enfin bref, pour tout te dire, j'allais bien faire la suite avec sa soeur, et je compte bien la faire souffrir XD. Enfin, tout dépend de mon humeur si je la ferais mourir aussi. Je verrais ça en écrivant la suite dans à peu près 1 mois (bon sang que ça va être long T-T)
Ben quand je dis de la peine c'est plus le truc de comment tu décrivait la gamine et comment elle était dans l'histoire on s'y étaient très vite attaché et de savoir qu'elle en est morte à cause de ses envie de chatouilles sa a fait un peu chier sa a marquer après pour sa sœur oui sa serai cool qu'elle se fasse torturer également par les insectes après le fait qu'elle y passe aussi serai logique vu le genre d'histoire et sa rajouterai quelque chose à l'histoire mais après t'est pas obligé de la faire mourir juste m'épuiser totalement sans qu'elle soit morte et qu'elle soit sauver de justesse par le père comme la 1ere fois avec da ptite sœur mais après si jamais ta envie de la faire mourir aussi libre à toi après bon ma ptite sœur serai morte bêtement comme ça et j'aurai perdu ma ptite sœur que je suis proche comme elle elle est avec sa ptite sœur ou plutôt était proche ben je préférerai y passer lol après c comme tu préfère c le suspens vas telle mourir ou vivre on verra ^^ si tu la fait mourir essaye au moins dinsister sur les pieds mdr ^^
Je viens de me rendre compte que quand j'ai donné le premier prénom que j'ai donné dans on histoire avec la fille de l'apiculteur, j'ai confondu Julia et Vanessa XD. Enfin, j'ai modifié, et vu que c'est le week-end, je vais essayer de continuer ça. Insister sur les pieds, c'est noté ^^. Je vais les faire souffrir comme il se doit ^^
Lol OK j'ai hâte de lire ça
Voilà voilà, enfin la suite ^^. Je n'ai pas pris le temps de me relire (encore, oui désolé ^^), mais je tenais à ce que la suite soit publiée aussi vite que possible ce week-end. Sur ce, bonne lecture !
Chapitre II : Après l'évènement tragique

Cela fait 1 mois que Vanessa, deuxième fille de l'agriculteur est morte, chatouillée à mort par un essaim de frelons. Elle fut découverte par sa mère, revenue du travail avant le reste de la famille. Après une longue période de deuil pour sa famille, les choses revenaient peu à peu à la normale. Cependant, Julia, la sœur aînée, peine encore à combler le manque de sa petite sœur. En effet, Julia montrant son affection par divers méthodes de chatouilles, Vanessa était celle que Julia adorait chatouiller, tout simplement pour lui montrer qu'elle l'aimait, comme on aime un être cher. Depuis la mort de Vanessa, Julia était devenue une véritable machine à chatouilles, insassiable et inarrêtable, cherchant quelqu'un qu'elle pourrait chatouiller des heures durant sans se lasser.

Nous sommes le 20 juin, et Julia est à son cours de gym, et, comme à son habitude, chatouille ses amies sans aucune pitié. Pendant que leur proffesseur venait de partir pour un moment, Julia en profita. Une de ses amies, Manon, était en train d'essayer de faire le poirier, en tenant sur une seule main, figure qu'elle est censé réaliser au sommet d'une pyramide humaine de 10 personnes. Julia s'approcha de son amie, tentant de cacher son sourire sadique.

« Manon, ça va ? T'as l'air de trembler un peu. »
-«Non non...ça va...je fatigue juste un peu... »
-« Aaah, mais faut se reposer. C'est très important, surtout vu ce que tu nous prépare. C'est pas évident, ce genre de trucs.»
-« Oui...t'as raison. Aide moi d'abord à me stabiliser...et je me relèverais toute seule. »
-« T'en fais pas, j'ai mieux encore.»

A ces mots, Julia attrapa sa camarade par la taille, et la fit tomber avec elle au sol.

« Eh ! Julia ! Tu fais quoi, au juste ?! »
-« Je passe le temps ! »

La sadique blonde enroula ses jambes autour de celles de Manon, et immobilisa les chevilles avec ses bras. Julia avait alors devant son visage les deux grands pieds de Manon. L'absence totale de vernie sublimait la taille 41 de ses pieds blancs à l'allure parfaitement lisse et douce. Julia contemplait ses splendides pieds, avant de saisir la pointe de sa tresse blonde.

« Je sens que je vais adorer te torturer les pieds ! Guli guili guili ! »

Julia fit alors glisser la pointe de sa tressse sur les pieds de son amie, de la plante, jusqu'aux orteils, faisant immédiatement hurler Manon. 

« Aaaaahahaha ! Ahahrêêêête ! C'est hohoriiiiblhahahahahaha ! »
-« Ils sont trop mignon, tes orteils. Ils frétillent dans tous les sens quand je chatouille ton pied avec mes cheveux. L'autre pied a l'air d'être jaloux par contre. Dans ce cas, pas de jaloux ! »

Julia divisa sa longue pointe de tresse en deux, et fit glisser dans tous les sens ses deux mèches de cheveux sur les pieds sensibles de Manon, commençant déjà à pleurer de rire.

« Arreêêêête Juliaaaaahahaha ! Je suhahais super chatouihihihihlleuuuse ! »
-« Quoi ? Je comprend pas ce que tu dis ! Articule, bon sang ! Ou sinon, je te chatouille le ventre en même temps ! »
-« Quoiiiiihahaha ! Naaaaahahahan faihahahas pas çaaaa ! »
-« Aaah, désolé, je comprend rien. Tu l'auras cherché alors. »

Julia releva le t-shirt blanc de Manon, laissant entrevoir un joli ventre plat, et chatouilla le ventre et les côtes de Manon avec ses orteils.

« Pas çaaaaaaahahahahahaaa!ARÊÊÊHÊHÊHÊÊHÊTE ! J'T'EN SUHUHUHPLIIIIIE ! »
-« Non non non, j'ai pas fini en plus ! Aller, jolis pieds, je présente ma langue. Vous allez voir, elle est très câline avec les orteils ! »
-« NAAAAAHAHAHAHAN ! PAS LA LANNGUEHAHAHA ! »

Julia continua alors de chatouiller Manon, en lui chatouillant le ventre et les côtes avec ses orteils, ses jambes avec ses cheveux, ayant remonté le jogging de sa victime au préalable, et lui léchait goulument les pieds, les orteils, et entre les orteils avec sa langue, susurant des « guili guili » pendant au moins 15 longues minutes. Après ce petit moment de torture, Julia relâcha son étreinte, libérant sa victime, en sueur, et incapable de bouger. La sadique blonde commença à s'étirer, tout en affichant un air satisfait.

« Pfiou, j'suis crevée, moi. Mais c'était vraiment marrant, je trouve. Aller, je te laisse en vie, Manon. »

Julia refaisait sa tresse, s'étant défaite au bout d'un moment, et regardais ses amies, toutes dispersées dans des groupes aux alentours. Elle s'approcha ensuite d'une jeune fille d'au moins deux têtes plus petite qu'elle, à la chevelure brune mi-longue, et fit glisser la pointe de sa tresse sous le nez de cette dernière une brève seconde.

« Alicia...la semaine prochaine, c'est toi ma victime ! Prépare toi bien... »

La cloche sonna, annonçant la fin des cours. Julia commença alors à partir, tout en finissant sa phrase.

« ...Je pourrais même m'y coller avant la gym. Alors surveille bien tes arrières, on sait jamais. »

Et la sadique blonde disparu dans les vestiaires en éclatant de rire. Julia était le genre de fille à aimer faire souffrir les gens qu'elle aime, à adorer les entendre la supplier, les larmes aux yeux. Mais elle a due s'adapter au fait qu'elle déteste une chose : faire mal. Elle déteste plus que tout faire du mal aux gens, surtout à ses aims. Alors, il lui est venu cette attirance pour les chatouilles, capable de faire souffrir, sans pour autant faire bien mal. Après avoir quitté le lycée, elle prit le bus pour rentrer directement à la maison. Encore une fois, ses parents n'étaient pas là quand elle arrivait. Julia ouvrit alors la porte de sa maison, enleva ses chaussures, et ses chaussettes, et profita de l'absence de ses parents pour se balader dans la maison, pensant à ses futures victimes.

« Alala, que de choix dans ce bahus. Il y a tant de filles chatouilleuses, de mecs chatouilleux, j'en ai la tête qui tourne ! Et leur rire est un son si doux à mes oreilles ! Alors, comment chatouiller cette petite Alicia...Je verrais bien ses petits petons titillés par un de mes gros pinceaux à maquillages. Oh, et ses aisselles, elles m'ont l'air bien douces, ses aisselles. Et si je les chatouillaient avec ma langue....non, mieux ! Avec mes cheveux !... »

Soudain, la jeune fille passa devant la porte menant au jardin. Elle l'ouvrit, afin que l'air frais puisse refroidir un peu la maison qui commençait à sentir le renfermé. Son regard se posa par mégarde sur l'arbre au fond du jardin, là où sa petite sœur avait rendu son dernier rire. Le sourire de Julia s'effaça peu à peu, la tristesse et la mélancolie revenant au galop.

« J'aurais aimé entendre son rire une dernière fois. La chatouiller une dernière fois. Lui faire un dernier câlin. »

Puis, un craquement s'entendit, provenant du plafond, faisant sortir Julia de ses pensées.

« Tiens, bizarre. Le grenier fait pourtant pas tant de bruit d'habitude. »

Un autre craquement se fit entendre, suivit de plusieurs autres, semblant décrire un mouvement d'un bout à l'autre du grenier.

«...Et encore moins des bruits comme ça... »

Julia monta à l'étage des chambres, mais le bruit, comme elle s'y attendait, ne provenait pas de là. Il provenait bel et bien du grenier. Julia parti alors au fond du couloir, ouvrit la porte donant sur un escalier, menant au grenier. Plus elle montait les marches, plus elle entendait un son similaire à un broudonnement. Julia prit alors une grande insipration, et ouvrit la trappe menant au grenier. Arrivée dans le grenier, elle ferma la trappe, et resta bouche bée devant un tel spectacle. Une gigantesque ruche blanchâtre obstruait le fond du grenier. La ruche d'au moins 2 mètres prenait appui sur l'angle du toit, et était d'une forme totalement irrégulière. Julia voyait quelques frelons se balader sur le sol du grenier, et venir se frotter contre ses pieds nus. Julia cria comme contemplant son pire cauchemard, et tourna les talons, tentant de sortir en trombe de ce grenier cauchemardesque. Soudain, elle sentit quelque chose la tirer vers l'arrière. Des frelons s'étaient jetés sur ses vêtements, et les tiraient vers leur ruche. La jeune blonde avait beau tirer de toutes ses forces, de plus en plus de frelons tiraient ses vêtements, et la firent tomber au sol, tendit qu'il continuaient de l'approcher de leur ruche. Pendant qu'elle était tirée, deux gros frelons se posèrent sous ses pieds, et se mirent à se frotter contre eux. Leur épais pelage blanc était extrêmement doux, et glissait même entre chacuns de ses orteils, n'épargnant aucun des points sensibles des pieds de la pauvre Julia. Ses pieds était d'un joli 38, remuant vainement dans tous les sens pour échapper aux doux poils de ses agresseurs, titillant chaque centimètre de ces derniers. Une fois assez proche de la ruche, une myriade de frelons sortirent de la ruche, et s'agrippa à la jeune fille. Rien que les pattes baladeuses des insectes avaient de quoi la chatouiller, mais Julia se retenait de rire, affichant un sourire retenu. Cependant, ces frelons là n'étaient pas là pour la chatouiller. A la place, les insectes déployèrent leurs ailes, et s'envolèrent, avec Julia immobilisée dans leurs pattes. Une fois soulevée du sol, les insectes prirent de l'élan, avant de lancer leur victime au fond de leur ruche, les pieds en premier. Une fois les jambes bloquées dans la ruche, quelques frelons foncèrent sur leur victime, se faufilèrent sous ses vêtements, et frotèrent leur épais pelage contre son corps. Ainsi, Julia devait maintenant supporter les poils de ces insecte se mouvoir sur son ventre, ses côtes, et ses aisselles, la faisant hurler de rire jusqu'aux larmes.

« AAAAAHAHAHAHAHA PAS çAAAAAHAHAHA !  ARRHÊHÊHÊEZZZZ! »

Mais ses suppliques n'y changeaient rien. De plus, Julia sentais même du mouvement dans la ruche. Soudain, la pauvre blonde vit non pas une, mais trois énormes reines frelons. Ces dernières devaient bien mesurer près de 50 centimètres, et possédaient un pelage long d'au moins 3 centimètres. La jeune fille tentait alors de se débarttre en voyant ces trois insectes monstrueux contempler en silence le travail de leur progéniture. Au bout de plusieurs minutes de torture, les trois reines s'enfoncèrent dans la ruche. Soudain, Julia se mit à hurler encore plus fort à s'en briser les cordes vocales.

« AAAAAAAAAAAAAAHAHAHAHAHAAAAAHAHAHAAHAAAAAHAAHA ! QU'EST6CE QU'EEEEEELLE FOOOONT ?! C'EST HOHOHORIIIIIIIIIHIHIHIHBLE ! »

Les trois reines se mirent tout d'abord à faire danser leur pelage sur les pieds vulnérables de leur victime, lui arrachant des crises de rire tout simplement atroces. Puis, tous les frelons présent sur son corps s'envolèrent dans la ruche, et il y eu un bref moment où ses pieds ne furent même plus chatouillés. Puis d'un coup, la torture reprit de plus belle, mais différemment.

« AAAAHHAHAHA ! J'VOUS EN SUPPLIIIIIIE ! STOOOOOP ! JE VAIHAIHAIHAI MOURIIIIIHIHIHIR ! »

Les trois reines utilisaient leurs mandibules pour mordiller, gratter, chatouiller le creux des pieds de leur victime sans ménagement, rendant les rires encore plus incontrôlables. Après 20 minutes de torture par leurs mandibules, les reines s'écartèrent, et laissèrent place à quelques frelons qui se placèrent entre chaque orteils de Julia. Se fut maintenant huit frelons glissant savament entre les orteils de la pauvre blonde qui furent la cause de ses rires, qui devirent des supplications incompréhensibles.

« STOOHOHOHOHOHOHOP STOOHOHOHOHOHOP ARRÊHÊHIHIHIHHÊHÊHÊTEZZZ ! NAAAHAHAHAN PAAHAHAHAS LES OHOHOHRTEHEHEHEHEIIIIIILS ! »

Enfin, après 10 minutes de frottements incessants, les trois reines retournèrent à leur chatouilleuse besogne, faisant à nouveau danser leurs mandibules sous les pauvres pieds de Julia. Ce fut à nouveau un concert de rires et de supplications sans fin. Ses yeux finirent par convulser dans tous les sens, tout en étant innondés de larmes. l'empêchant de voir quoi que ce soit. Mais soudain, Julia entendit un bruit derrière elle, comme si quelqu'un avais enfoncé la trappe du grenier. Mais ce n'était pas qu'une impression. Les parents de la jeune blonde débarquèrent dans le grenier, équipés de combinaisons et d'insecticides, et gazèrent la pièce entière, extirpant leur fille du piège des insectes chatouilleurs. Lorsqu'elle se reveilla, la jeune fille vit des visages inquiets la regarder fixement. Elle était couchée dans une sorte de fourgon, avec autour d'elle, plusieurs chercheuses. Julia voulut se relever, mais l'une des chercheuses l'en empêcha.

« Attendez, jeune fille. Vous devez vous reposer. Votre journée a été très éprouvante. »

Peu après s'être calmé, Julia écouta ce que les chercheuses avaient à dire. Le fourgon était garé non loin de la maison de Julia, et le reste de leur équipe ont balayés la zone d'insecticide, et sont en ce moment en train d'étudier les restes du nid présent dans le grenier. Malheureusement, l'une des chercheuses termina son explication en ajoutant que les parents de Julia étaient morts après avoir extirpés leur fille du piège des insectes. Une semaine plus tard, Julia fut accueillit au sein d'un appartement, aux côtés des chercheuses qui lui étaient venue en aide. Depuis ce jour, Julia vit avec elles, et tente d'oublier ces quelques jours maudits, à travers de nombreuses chatouilles qu'elle procurent aux pauvres chercheuses.

Bon, j'avoue, la fin est pas bien gaie, mais vu les circonstances, je trouve qu'elle s'en sort plutôt bien (enfin, tout dépend de la définition du mot "bien" XD). Je ne sais pas si je vais faire un chapitre 3. j'aimerais me consacrer à une autre histoire, au moins tout petit peu plus heureuse, enfin, je vais réfléchir à ça. Sur ce, à bientôt !
Ce qui est bien, c'est que tu ne sors pas seulement des codes, tu les réinventes à ta manière.
Alors, si tu arrives à trouver d'autres fonctions pour certains de ces frelons et de ces abeilles, n'hésite pas à finir par un chapitre 3 !
Dire que je réinvente les codes est peut être un peu excessif , mais si ça t'as plus, c'est déjà très bien ^^. Mais, après réflexion, je doute faire un chapitre 3. Je pense que j'ai fait le tour pour ces charmantes petites bêtes ^^. Du coup, je pense poster une nouvelle histoire, mais j'hésite entre deux ou trois concept :/. Je verrais bien avec le temps. Au pire, si j'arrive vraiment pas à me décider, je voudrais bien quelques avis ^^
N'hésite pas à demander en faisant un topic
Et ensuite tu fais en fonction de ce qu'ont choisi les personnes
Comme d'habitude s'était un super chapitre et comme je vois ta decider de la laisser vivre du coup lol par contre en lisant la partie où elle leche les pieds de sa camarade lol le me suis dis... Mais pourquoi elle a pas penser à le faire avec sa petite sœur mdr sa aurai été cool mdr ^^ sinon je vois bien un nouveau chapitre j'aimerai bien qu'elle fasse se qu'elle a prévu et chatouiller et limite Lecher les pieds de son autre camarade qu'elle lui a dis tu sera la prochaine sa pourrai être super de voir ça, avis perso
Que des frelons puisse chatouiller avec leur duvet à l'abdomen, je veux bien.

Qu'ils arrivent à l'agripper et à la faire voler, d'accord. Mais comment les insecte ont réussi à immobiliser Vanessa ^^' je veux bien qu'avec le temps, ses muscle soient engourdis mais genre Deux ex machina, les insecte arrivent à l'immobiliser au sol ^^' comment?

Aussi la réaction de Julia après la mort de sa sœur, ça fait un peu psychopathe ^^' <<ah non non, je ne leur fait pas mal, je les chatouille juste, rien à voir>> un choc émotionnel peut en faire venir à la folie, mais bon juste parce que Julia n'a plus sa soeur pour la chatouiller, c'est comme si c'était une pulsion pour elle ^^' sa drogue.

Enfin la réaction de son amie. Ca fait un peu facilité de dire que genre elle a apprécié la torture, comme si elle était fétichiste aussi.
Autant qu'elle l'agrippe et lui chatouille les pieds, d'accord, on a tous tenté mais le coup des léchouilles, ça va un peu loin ^^' sa réaction ne fait pas naturelle.

Sinon, je le redis, l'idée de base est bien trouvé. Mais faut que le reste soit cohérent également sinon on s'y perd.
Oui, je vois. Eh bien, pour les frelons, j'avoue que je savais pas vraiment comment ils pourraient l'immobiliser, alors, j'ai fait avec ce que j'ai pu...visiblement, ça a pas hyper bien marché ^^'. Mais, pour la sœur, oui, je l'ai fait délibérément ressembler à une psychopathe en manque. Pour les léchouilles pas naturelles, okay, c'est noté. Je pensais pas que se serais si peu naturel que ça, en pensant au caractère psychopathe de la sœur, mais, je te crois, je vais essayer de faire les choses mieux la prochaine fois (Bon, je doute que, si tu lis la suite de ma dernière histoire, je me sois amélioré, mais j'essayerais de faire mieux pour la prohcaine histoire que je ferais, qu'elle soit plus logique, désolé ^^')
Ben pour poussez le réalisme, tu aurais put dire que les frelons se sont aglutinés et avec leur masse et leur pattes, ils ont immobilisé les bras.

Il faut rajouter de la description, pour que nous en le lisant ça reste clair ;)

Et oui, pour moi une personne qui lèche des pieds comme ça, ça fait pas naturelle ^^'

Mais bon, hâte de lire tes autres histoires ;)
C'est vrai, si j'avais expliqué comme ça, ça aurait passé tout seul, en plus d'être simple :/. Enfin, je vais essayer de faire mieux pour mes prochaines histoires, (faut dire que j'en ai jamais écrit avant, alors c'est pas toujours simple ^^), mais merci, de m'encourager à continuer, t'en fais pas, je vais m'améliorer, j'espère que tu aimera la suite de ce que je vais faire :)
Pas de soucis ;) ça arrive. On fait tous des erreurs.

Quand j'apprécie l'histoire, j'aime soutenir et encourager son auteur ;)
Ah mais c'est l'un des meilleurs comportements, selon moi, à avoir quand on est fan de quelque chose ^^.
C'est vrai :) Merci
Accès réservé aux ADULTES uniquement.
Déclarez-vous être majeur(e) ?