Tickling FR, le site des amateurs de chatouilles.



1er récit : CHRONIQUE D'UNE REVENUE

Pour discuter littérature ou nous faire profiter de vos écrits n'ayant pas trait aux chatouilles.
J'ai commencé à  écrire ce récit quand j'étais revenue d'une absence de 3 jours ouvrés et de 2 jours de repos en stage. Vous allez y découvrir mes haines, mes joies, mes pensées, mes sentiments et mes journées.
J'étais en stage dans un restaurant indépendant assez réputé en plein Berry : le Moulin de Chaméron. J'étais logée dans une maison à  3 km du restaurant avec 2 filles (Vanessa et Jennifer) qui étaient dans ma chambre, et à  côté il y avait Teddy et Alexis. Teddy est dans ma classe, stagiaire comme moi et Alexis est apprenti. Je suis donc revenue avec une certaine peur en moi, bien sûr, peur de la réaction des autres car j'avais répété à  la patronne ce que les autres faisaient comme bruit le soir, m'ignorait car je me sentais très mal avec eux, difficulté d'insertion.
J'ai écrit ce récit au fil des jours en racontant ce qu'il se passe et mes réflexions personnelles. C'est important pour moi, qui suis considérée comme dépressive.
Regonflée à  bloc depuis samedi suite à  un déclic, je repars à  Bannegon, village de mon stage, avec une certaine angoisse car je ne savais pas comment les autres allaient réagir à  ma réapparition, bien qu'ils en soient au courant depuis la veille au soir…

Le mercredi matin j'arrive, je m'excuse auprès des patrons et de mes collègues stagiaires en reconnaissant que ce que j'ai fait c'est une connerie. Je me mets au boulot le plus sérieusement possible pour que le malaise se passe mieux et j'essaye d'être attentive du mieux que je le peux. Le soir je discute avec Vanessa, calmement mais sans me regarder dans les yeux, comme on le fait pour marquer pour témoigner de la franchise. Elle m'a pour ainsi dire dit que au resto elle sera neutre avec moi, qu'elle essayera de me parler assez bien pour faire bien devant les patrons car elle est embauchée à  partir de cet été ; mais qu'à  la maison (où on loge) elle pourra me parler que froidement car elle n'a aucune raison et envie de bien me parler. Elle a toujours la rage en elle, m'a-t-elle dit. Elle m'a dit que Jeudi soir quand je suis partie en colère, le patron est venu voir comment ça se passait ce fameux soir à  la maison, qu'il est rentré quand je faisait ma valise et qu'il n'a rien fait pour me retenir (et d'ailleurs eux non plu et ça elle ne l'a pas préciser), qu'il a fait semblant de partir de Bannegon, et qu'il est revenu à  pied de pas loin après que je sois partie pour les engueuler du fait que je sois partie et que c'est de leur faute ! Le patron a rejeté la faute sur eux, les autres, et je le félicite intérieurement pour sa réflexion.
Vanessa m'a dite une chose qui m'a profondément choquée, c'est que par colère, elle a juré que si je revenais elle crèverait les pneus de ma voiture ! Quelle … (bip, censuré) ! Je l'ai prévenue que si je découvrais ma voiture avec ses pneus crevés ici ou au resto, elle serait directe dans mon collimateur et que ça lui retomberait sur le nez, que forcément j'aurais des soupçons sur elle ! Forcément ! Et ce que je trouve étrange, c'est que j'ai eu cette idée de faire exactement la même chose sur la voiture à  Teddy, ce gros lard puceau avec sa voix de crécelle ! Mais ça aurait été trop risqué ! Elle m'a dit qu'ils s'en sont pris plein la gueule quand je n'étais pas là , bien fait pour eux moi je dis ! Ils n'avaient qu'à  être plus agréables avec moi ! Elle ne metteront plus la musique ni la télé quand je serais à  la maison comme ça, ça ne fera pas d'histoires, sur un ton de me dire qu'elles se privent de ça pour pas que j'aille me plaindre aux patrons. Elle m'a aussi dit que j'aurais dû leur dire bien avant que elles me dérangent avec la musique, que ce ne sont pas des monstres, et qu'elles auraient compris. Et là  j'aurais voulu lui faire comprendre que à  01h00, quand on a un peu de jugeote, on sait que ce n'est pas une heure pour ça ! C'est vrai, quoi ? Et maintenant elles vont dans la chambre de Teddy pour écouter la musique et regarder des DVD. Ben je dis que c'est tant mieux car comme ça je peux être quelques temps au calme dans la chambre que j'occupe, je pourrais écrire, lire, écouter mon MP3 dans le calme !
La semaine prochaine je serais seule dans la chambre que j'ai occupée en première, donc je ramènerais ma petite télé couleur et sûrement mon lecteur DVD pour pouvoir écouter mes CD et regarder des DVD bien sûr. Et là  je pourrais faire ce que je veux ! Ce sera trop top !
Bon voilà  les choses sont tirées au clair, je fais attention à  ma voiture et si on l'abîme je saurais qui c'est. Je les ignore dans leurs comportements de gamins ! Il me reste que 4 jours à  les supporter. La semaine prochaine je pourrais en profiter à  fond et basta les pouffes !
Vanessa m'a dit la vérité en face, je l'ai encaissé comme j'ai pût et ça m'a mise en rogne je le reconnais vu la façon dont j'écris.
J'ai autant de choses perdues avec eux/elles que de choses gagnées alors je ne me prends pas la tête pour des gens pareilles ! Il est minuit pile, je suis seule et je vais profiter de ce moment de calme surtout pour essayer de dormir.

Nous sommes Jeudi 24 mai, il est 8h, le réveil sonne et je me dis que Vanessa va encore se lever vers 8h25 pour ne pas changer des autres jours et intérieurement je lui dis « lève ton gros cul grognasse !!! ». Elle se lève effectivement à  8h25, comme je l'avais prédit. Je pars à  9h pile à  cause d'elle. En arrivant, on fait le grand ménage de la terrasse : nettoyer les murets en pierre avec un karscher, brosser, passer les rideaux au jet d'eau, les sécher à  la serviette : des trucs chiants et barbants quoi ! Je suis accompagnée de Laure, une stagiaire de presque 16 ans qui reste jusqu'à  samedi au restaurant, on est donc 4 personnel en salle. Tout ce travail uniquement sur la terrasse nous a pris 1h15 et encore on était 2 filles à  le faire ! Pendant ce temps et jusqu'à  midi la patronne était avec Vanessa, sa petite protégée, au médecin car cette dernière a le rhume des foins depuis 2 jours, elle a les yeux qui coulent, le rhume et la gorge en feu ! Bien fait ! Je n'ai pas vu sa grande gueule de toute la matinée, et bien je peux vous dire que j'étais beaucoup plus à  l'aise ! Elles reviennent à  11h45, Vanessa a une rhinite allergique et beaucoup de médicaments à  prendre, donc tout le monde s'affaire autour d'elle et une phrase dite par Jennifer résonne en moi « je vais m'occuper de toi comme une petite maman pour tes médicaments », oui forcément Vanessa a toujours été très chouchoutée, c'est une maligne, une manipulatrice, elle aime être entourée et se savoir aimée à  un point ! Je vais en plonge tandis que Vanessa et Laure assurent le service et j'écoute les blagues à  caractère sexuelles du Chef et des cuisiniers et j'en ris avec eux. Je me sens acceptée ici parce que je me sens à  l'aise. Je me rends compte que la vie est belle ! A 14h15, on fini, bilan 4 clients ! Je rentre à  la maison, les filles arrivent 45 minutes après. Vanessa me parle correctement et me propose même de venir avec eux en ballade dans Bannegon mais je refuse car je dois me sécher les cheveux et j'ai trop chaud je préfère rester à  la maison. Elle me fait un signe de la main pour me saluer. à‡a fait plaisir mais au fond de moi je sais qu'elle ne le pense pas vraiment. Elles reviennent et ne me parlent pas. Au resto Vanessa me parle bien, je lui demande si elle fait ça uniquement parce qu'on est au boulot, elle m'affirme que oui et qu'elle se force à  être ainsi. Arrivée à  la maison, je reste seule 1 heure. Les filles arrivent et parlent pendant 1 heure entière sans arrêt, c'est-à -dire jusqu'à  00h15. Soûlant ! Surtout qu'elles ne se soucient pas de si j'ai envie de dormir, ou si ça me dérange.

Vendredi 25 Mai, je me lève à  7h50, je me dépêche de me préparer pour montrer à  cette Vanessa que j'aurais fini avant 8h15 au pire. Alors elle se lève comme d'habitude à  8h20. Là  cette habitude a changé juste pour 3 jours prochains mais c'est ça de gagné pour moi !
L'après midi les filles m'ont demandé très gentiment, je l'admets, si ça ne me dérangeait pas de les emmener dans un village voisin pour acheter des cigarettes et retirer de l'argent. Avec un début de réticence dû à  l'essence, et comme je peine à  refuser, j'ai accepté car c'est qu'à  8km. En me disant que ça ne fera pas de mal à  nos rapports trop neutres à  mon goût. La promenade s'est bien passée et elles m'ont quand même remerciées, normal. Après-midi tranquille mais trop courte, en plus quelle chaleur dehors ! Mes amis, qui sont pour la plupart homosexuels comme moi, me manquent tant, je pense souvent à  eux !
Au dîner, on parle tout à  fait par hasard du Québec, cette fameuse province canadienne qu'une amie (québécoise) m'en a faite l'éloge et c'est un pays que j'aime et où j'aimerais aller un jour. Merci Carole-Ann ! Bref. Au service du soir des belges et des italiens, ça change des français. Ce sont souvent des couples à  la retraite, qui sont friqués donc, qui viennent séjourner dans cet hôtel-restaurant 3 étoiles Michelin. Vanessa m'agace avec ses manières. Elle nous dit ouvertement qu'elle va se faire troncher par Alexis, l'apprenti cuisinier ce soir. Et le pire c'est que ce soir le patron devait passer voir l'état de la maison alors Vanessa s'est dégonflée pour aller rejoindre Alexis dans son pieu. Gosse va ! Le patron n'est même pas passé. Eh ben là  je suis étonnée, les filles sont rentrées et déjà  elles m'ont parlées de tout ce qu'il s'est passé ces derniers jours entre elles et moi, pour me faire comprendre qu'elles ne m'ont pas bien connues, assez, pour m'apprécier à  ma juste valeur, que j'ai été trop neutre, trop réservée et que ceci les a tannées. Je leur ai dit que quand je suis avec mes amis je parle ouvertement de sexe en blaguant, que je rigole beaucoup. Elles ont été étonnées. J'ai donc pris la décision d'essayer d'être de cette manière avec elles. Ce qui les a le plus choquées c'est que je parle de mort, de choses gore, et que j'avais l'air d'être choquée quand on parle de sexe. Pendant une partie de la soirée on a rigolé et transformé une chanson du chanteur ra௠Amine « j'voulais » en chanson paillarde. Donc cette soirée on a bien ri.
J'ai remarqué que quand je parle du sujet sensible sur le fait que je sois partie jeudi dernier, les filles me disent que ça leur reste en travers de la gorge et qu'elles font des efforts pour bien me parler. Ca me vexe intérieurement.
Cet après-midi, elles ont toutes les deux fait le ménage à  fond dans la maison, tout en parlant du fait qu'elles on perdues du confort (chauffage et tranquillité) soi-disant à  cause de moi. Elles n'ont pas pût aller en discothèque vendredi car elles étaient surveillées par le patron qui passait en vitesse le soir pour voir si la voiture était présente et s'il n'y avait pas de bruit.
Bref, elles l'ont bien cherchées. Je me dis qu'on est samedi, qu'elles partent demain en journée, ou en soirée, Vanessa se vante que la patronne lui a dit qu'elle était bien libre d'aller et venir comme elle veut à  la maison de Bannegon, vu qu'elle va y loger durant 2 années. Vanessa dit ça devant moi de façon à  ce que je comprenne que je ne vais pas être tranquille longtemps dans cette chambre, surtout que de plus, dimanche 3 Juin, mon dernier jour de stage, elle vient faire un extra en service car on aura 50 couverts et qu'elle va sûrement dormir à  la maison la veille au soir ! Tabarnac ! Mais au moins je serais tranquille de dimanche soir à  samedi soir sûre dans cette maison sans elle(s) !
Ce soir avant le service, Vanessa m'annonce que le patron a fait un relevé de compteur à  la maison, et que Jennifer et elle ont dit au patron que je prends 3 douches par jour. Alors là  j'étais outrée, je n'en croyais pas mes oreilles ! Je lui dit calmement et lui répète que je prend qu'une douche par jour et c'est l'après-midi et que ça elle le sait très bien. Mais non, elle me tient tête ! Connasse ! Alors bien sûr je m'énerve ! Je pars en pleurs dehors ! Personne ne vient me voir pour savoir ce qu'il m'arrive, ils croient tous que c'est de la pure comédie. Mais non, là  ce sont mes nerfs qui lâchent ! Je reviens en salle, je me calme ! J'affirme à  la patronne que ce que disent les filles c'est faux ! Elle me croit. Ouf ! Et là  je répète un câble, j'ai eu peur de revenir à  la maison ce soir vu la prise de bec qu'il y a eu ce soir avec les filles, je me dit qu'il faudrait mieux que je dorme dans ma voiture plutôt que de supporter leurs regards. Après je me résonne toute seule, En faisant les verres, mes pleurs reviennent en force, je pleure sans raison apparente et le moral retombe, mes pensées noires reviennent en vitesse. Mais qu'est-ce qu'il m'arrive ??? J'en déduis que c'est parce que j'ai arrêté brutalement mes antidépresseurs, et que là  en ce moment je retombe, j'ai une rechute. Je me dit qu'il faudrait que je reprenne le Prozac, avec ça je carburait, j'étais super bien. Et après le service les jeunes sont partis boire un verre au bar de Bannegon, je suis tranquille à  la maison. Elles reviennent à  01h45, déchirée, saoules. Sommeil.

Dimanche 27 Mai, le jour de la Pentecôte et le dernier jour de travail pour les filles ! 30 couverts ce midi et 27 ce soir ! En bref, je me prends légèrement la tête avec Vanessa au service du soir, je ne peux plus la supporter, avec ses manières et ses regards ! Grrr ! Elles partent toutes le deux après le service du soir, sans me dire au revoir ni m'adresser la parole. Le pied, je suis toute seule !

Lundi 28 Mai, service avec Allison, tout se passe à  merveille, parce que je me sens beaucoup plus à  l'aise et de ce fait je sers mieux je suis plus concentrée, sans cette Vanessa qui a hanté 1 mois entier de mon stage !
ah la vie en restauration c'est quelque chose :)
c'est surtout le cohabitation entre jeunes qui est dure. Tout le monde se tire dans les pattes.
oui je connais , d'autant plus entre filles
Je suis entrain d'écrire un gros récit
bon j'ai pas encore lu celui la

masi je trouve qu'il est déjà  gros comme ca
très gros meme
pardonnez moi mais ..

y'aura des chatouilles ?
bah non voyons
ah non pas de chatouilles  :D ce n'était pas encore mon éxutoire à  cette époque lol

Et le prochain récit fait 50 pages de petits cahiers scolaire. Imaginez-vous!
ah. ok


NNOOOONN !!!!
je l'ai mis sur un autre forum, si quelqu'un est vraiment intéressé(e) de le lire, demandez-moi le lien par MP.

C'est autobiographique et je ne voudrais pas que tout le monde puisse le lire.
Nan mais si ça vous interesse pas de faire un effort intellectuel ne venez pas polluer ici. Je trouve assez malsaint vos remarques concernant les essais de Adessa18.
Je suis interessé, Adessa  ;)
quelles remarques ?
Accès réservé aux ADULTES uniquement.
Déclarez-vous être majeur(e) ?